Les 8 principales lois de la gestion du temps pour plus d’efficacité et de temps libre

Découvrez les 8 principales lois de la gestion du temps qui impactent votre efficacité et votre productivité. Sans que vous le sachiez vraiment. Conseils pratiques inside pour les appliquer facilement.

Les principales lois de la gestion du temps pour plus d’efficacité et de temps libre

Savez-vous qu’il existe des lois qui régissent la gestion du temps ?

Je ne parle pas de lois physiques comme la Relativité Générale.

Je parle de lois humaines et cognitives qui impactent directement votre productivité et votre efficacité personnelles.

Ces lois, ce sont les lois de la gestion du temps.

Elles ne semblent peut-être pas aussi impérieuses que les lois physiques. Mais vous ne pouvez pas y échapper. Par contre, vous devriez les connaître et savoir comment diminuer leur aspects négatifs.

Pour faire le meilleur usage de votre temps, de votre énergie et de vos ressources.

Pourquoi connaître les lois de la gestion du temps

Vous ne savez peut-être pas comment fonctionnent les lois physiques traditionnelles. Comme la gravité par exemple.

Pourtant, vous la connaissez parce que vous la constatez tous les jours et en subissez les effets.

Et il ne vous viendrait pas à l’idée de ne pas en tenir compte et de jouer contre elle. Parce que vous savez que perdriez et que vous en subiriez des effets négatifs voire dévastateurs.

Et bien il est de même pour les lois de la gestion du temps.

Que vous les connaissiez ou pas, elles existent et s’appliquent à vous. Vous ne pouvez pas y échapper. Et si vous agissez sans en tenir compte, votre productivité chutera et vos résultats seront médiocres.

Une méthode simple et rapide d’améliorer votre productivité personnelle est de ne pas commettre les erreurs de gestion du temps les plus préjudiciables.

Et connaître les principales lois de la gestion du temps, ainsi que les quelques conseils pratiques qui en découlent, permet justement de ne pas commettre ces erreurs.

Les principales lois de la gestion du temps

Si vous cherchez, sur Internet ou dans la littérature spécialisée, vous trouverez beaucoup de lois de gestion du temps. Bien plus que celles que je vous présente ici.

Cela étant, en connaître beaucoup n’est pas judicieux.

Comme vous l’explique la loi de Pareto ci-dessous, 80% des résultats proviennent de 20% des causes. En l’occurrence, 80% des bénéfices en gestion du temps proviennent de 20% des lois.

Connaître beaucoup ed lois de gestion du temps n’est donc pas nécessaire.

Par contre, connaître les principales lois de la gestion du temps est nécessaire et utile. Ce sont elles que je vous présente ci-dessous.

La loi de Pareto

Aussi connu sous le nom de la loi des 80-20, la loi de Pareto a été découverte au début du 20ème siècle par Vilfredo Pareto (1848-1923), un économiste italien. Il s’est aperçu que 80% de la richesse mondiale est détenue par 20% de la population.

Si cela est toujours d’actualité aujourd’hui, cette loi est aussi vérifiée dans de nombreux domaines, et notamment en gestion du temps.

80% des résultats proviennent de 20% des causes.

La proportion n’est pas forcément de 80-20. Mais le principe reste le même : la majorité des résultats proviennent d’une minorité de causes.

En gestion du temps, cette loi vous recommande de vous concentrer sur l’essentiel, de privilégier les tâches et les projets les plus importants à réaliser et de délaisser les tâches et les projets les moins importants.

Leçons à retenir

  • Vous devez revoir vos priorités, vous concentrer sur les tâches les plus importantes et déléguer, voire supprimer, les tâches secondaires et accessoires.
  • N’hésitez pas à arrêter les projets qui ne sont pas rentables et vous font perdre du temps ainsi que des ressources humaines et financières.

La loi de Parkinson

La loi de Parkinson est une loi fondamentale pour l’organisation du travail. Elle a été publiée par Cyril Northcote Parkinson (1909-1993), un écrivain britannique, dans un article du magazine The Economist du 19 novembre 1955.

Le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement.

En d’autres termes, plus nous disposons de temps pour accomplir une tâche, plus nous avons tendance à prendre du temps pour la réaliser. Sans forcément améliorer le résultat final.

Cette loi est un rappel de la nécessité de se fixer des délais. Le travail s’adapte au temps disponible. Il est donc préférable de fixer des échéances claires pour effectuer un travail et le terminer dans un délai imparti. Il est aussi judicieux de diviser les tâches conséquentes en plus petites portions à terminer dans un délai imparti.

Par exemple, sans délai prédéfini, vous pourriez très bien prendre une semaine pour accomplir une tâche. Alors qu’en vous fixant un délai de trois jours, vous trouveriez les moyens et ressources de la faire dans ce délai. Et déborder d’une journée serait toujours préférable à une semaine pleine.

Leçons à retenir

  • Fixez-vous des délais pour accomplir vos tâches. Ces doivent être raisonnables et réalistes, tout en étant un minimum ambitieux.
  • Faites des points réguliers pour suivre l’avancement de vos tâches et projets.
  • L’utilisation de la méthode Pomodoro peut vous aider.

La loi de Laborit

Aussi appelée le principe du moindre effort, cette loi de Henri Laborit (1914-1995) stipule que notre comportement nous pousse à faire d’abord ce qui nous rend heureux. Au travail, notre instinct nous pousse à éviter le stress.

Nous avons tendance à chercher la satisfaction immédiate et fuir le stress.

Au travail, nous sommes tous naturellement enclins à remettre à plus tard les tâches difficiles ou compliquées. Si nous sommes confrontés à une situation difficile, nous recherchons instinctivement une situation moins stressante et plus agréable. Nous choisissons naturellement la voie de la moindre résistance ou du moindre effort.

C’est entre autres pour cette raison que nous procrastinons, c’est-à-dire que nous remettons à plus tard les tâches plus importantes et plus difficiles.

Leçons à retenir

  • Commencez votre journée de travail par la tâche la plus difficile, puis offrez-vous une récompense dès qu’elle est terminée.
  • Planifiez vos journées à l’avance en fonction de la difficulté de vos activités.

La loi de Carlson

Cette loi porte le nom d’un économiste suédois, Sune Carlson (1909-1999) et est également connue sous le nom de loi des séquences homogènes.

Une tâche accomplie en une seule fois sera accomplie beaucoup plus rapidement que la même tâche accomplie en plusieurs fois.

En d’autres termes, un travail qui est continuellement interrompu prendra plus de temps que s’il était achevé en une seule fois.

Cela peut sembler évident. Mais combien de fois vous arrive-t-il de commencer une tâche, d’être interrompu, de vous y remettre, d’être distrait, de vous y remettre et ainsi de suite ?

Les interruptions nuisent gravement à la productivité. Le téléphone, les e-mails, les discussions entre collègues et autres distractions extérieures vous empêchent de vous concentrer et de faire votre travail le plus efficacement possible. Sans compter les distractions internes, nos tentations et pensées parasites.

Saviez-vous qu’il nous faut entre 3 et 5 minutes pour nous remettre au travail ? Sur une journée de travail, cela représente une grosse perte de temps.

Leçons à retenir

  • Réduisez autant que possible les interruptions et les distractions.
  • Commencez une tâche et terminez-la avant de passer à la suivante.
  • Créez un environnement de travail optimal. Isolez-vous pour travailler dès que possible.
  • Évitez le multitâche.
  • Ne consultez vos mails que deux fois par jour. Éliminer les médias sociaux.
  • Encore une fois, la méthode Pomodoro vous sera d’une grande aide.

La loi d’Illich

Cette loi porte le nom de Ivan Illich (1926-2002), un penseur écologiste autrichien, et est également appelée loi des rendements décroissants. Techniquement, la loi des rendements décroissants est un principe d’économie. Mais il peut être appliqué à notre comportement.

Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine diminue, voire devient négative.

Bien qu’elle puisse sembler contredire la loi de Carlson, le fait est que notre énergie et notre concentration suivent des rythmes naturels, appelés rythmes ultradiens, qui passent par des cycles d’environ 90 à 120 minutes.

Au-delà de 90 minutes passées sur une tâche, notre attention et notre efficacité diminuent. Plus nous essayons de continuer à travailler, moins nous sommes performants. Si vous ne parvenez pas à terminer une tâche, arrêtez de vous inquiéter et faites une pause.

Ainsi, s’il est préférable de travailler sans interruption à une tâche, nous devons également tenir compte de notre propre endurance.

Leçons à retenir

  • Faites régulièrement des pauses, voire de micro-pauses : votre cerveau en a besoin pour être efficace.
  • La méthode Pomodoro peut vous aider à maintenir des niveaux de concentration et de productivité élevés.
  • À midi, prenez une vraie pause déjeuner. Allez manger dehors, seul ou avec des collègues, ou partez vous promener, mais évitez de manger un sandwich devant votre écran.

La loi d’Hofstadter

Également connue sous le nom de loi du glissement de planning, la loi d’Hofstadter a été énoncée par Douglas Hofstadter (1945-), un universitaire américain, dans son livre Gödel, Escher, Bach : Les Brins d’une Guirlande Éternelle (prix Pulitzer) publié en 1979.

Cela prend toujours plus de temps que prévu, même en tenant compte de la loi d’Hofstadter.

Cette loi signifie qu’il faut souvent plus de temps pour accomplir des choses que ce que nous pensions au départ.

L’évaluation du temps nécessaire à la réalisation d’un projet est souvent erronée, soit par ignorance du travail à accomplir, soit pour faire plaisir à la hiérarchie en annonçant volontairement des délais plus courts. Les délais sont alors allongés, les plannings glissent et se décalent.

Lorsqu’il s’agit d’accomplir des tâches, celles-ci ont tendance à prendre beaucoup plus de temps que prévu, ce qui peut là aussi entraîner un report des échéances et un glissement des horaires.

La seule façon d’estimer correctement le temps que prendra une tâche est de se baser sur la recherche et l’expérience.

Leçons à retenir

  • Apprenez estimer le temps nécessaire à la réalisation de leur projet.
  • Partez du principe qu’il prendra inévitablement du retard. Il est préférable de terminer un projet plus tôt que prévu, plutôt que l’inverse.

La loi de Swoboda-Fliess-Teltscher

Créée par Wilhem Fliess (1858-1928), un médecin allemand, Alfred Teltscher, un ingénieur autrichien, et Hermann Swoboda (1873-1963), un psychologue, la loi de Swoboda-Fliess-Teltscher a mis en évidence l’existence de rythmes biologiques qui influencent notre productivité.

Il existe chez l’homme des rythmes biologiques qui influencent directement sa productivité.

Parmi les facteurs d’influence figurent les saisons, l’ensoleillement, l’alimentation et l’heure de la journée.

Sur la base de cette loi, Hermann Swoboda a ensuite donné aux fameux biorythmes leur forme définitive. Cela explique pourquoi cette loi est plus souvent connue sous le nom de loi de Swoboda.

En tenant compte de cette loi, vous serez en mesure de définir vos meilleurs moments de productivité. Une fois que vous aurez découvert ces créneaux où vos performances sont les meilleures, vous devrez y concentrer vos efforts maximums. Vous obtiendrez ainsi de meilleurs résultats en moins de temps.

Le plus difficile est donc de trouver vos moments de productivité maximale et surtout les facteurs qui influencent positivement votre productivité.

La loi de Murphy

Aussi connue sous le nom de loi de la tartine beurrée (vous savez, la tartine du matin qui atterrit toujours côté beurré vers le bas), cette loi pessimiste a été élaborée par Edward A. Murphy Jr (1918-1990), un ingénieur aérospatial américain.

Tout ce qui peut mal tourner tournera mal.

Cette loi se vérifie régulièrement au travail lorsque des aléas viennent retarder vos projets.

En gardant cela à l’esprit, il est bon de préparer des plans d’urgence aussi souvent que possible pour vos projets et tâches.

Cela ne signifie pas que vous devez adopter une approche pessimiste dans tout ce que vous faites. Mais si vous pouvez anticiper les problèmes potentiels au moment où vous planifiez vos tâches, vous pouvez vous épargner beaucoup d’ennuis.

Leçons à retenir

  • Anticipez les problèmes potentiels. Réfléchissez à des solutions pour les limiter, voire les éliminer.
  • Réservez une marge de temps dans vos plannings pour faire face à l’imprévu

Conclusion

Connaître les principales lois de la gestion du temps est essentielle pour améliorer son efficacité personnelle et être productif.

Les connaître et les garder à l’esprit vous rendra plus efficace et améliorera votre qualité de vie.

Ne pas les connaître ou agir à leur encontre diminuera grandement votre efficacité personnelle.

Faisons un point sur ces lois :

  • la loi de Pareto : 80% des résultats proviennent de 20% des causes.
  • la loi de Parkinson : Le travail s’étale de façon à occuper le temps disponible pour son achèvement.
  • la loi de Laborit : Nous avons tendance à chercher la satisfaction immédiate et fuir le stress.
  • la loi de Carlson : Une tâche accomplie en une seule fois sera accomplie plus rapidement que la même tâche accomplie en plusieurs fois.
  • la loi d’Illich : Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine diminue, voire devient négative.
  • la loi d’Hofstadter : Cela prend toujours plus de temps que prévu, même en tenant compte de la loi d’Hofstadter.
  • la loi de Swoboda-Fliess-Teltscher : l existe chez l’homme des rythmes biologiques qui influencent directement sa productivité.
  • la loi de Murphy : Tout ce qui peut mal tourner tournera mal.

Gardez-les à l’esprit et prenez les mesures qui s’imposent.

Si vous avez des question sur ces lois de la gestion du temps ou, plus généralement, sur la gestion du temps, n’hésitez pas : les commentaires sont là pour ça !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.