Comment identifier efficacement ses objectifs

Je vous ai précédemment parlé de ma méthode pour définir clairement mes projets. Parlons maintenant de ma méthode pour identifier et définir mes buts et objectifs. Effectivement, avoir des buts et objectifs, les décliner en projets puis agir et suivre leur avancement, c’est essentiel. Mais encore faut-il, en amont, avoir établi clairement ces buts et objectifs.

Je ne parle pas ici d’objectifs classiques, sans saveur, quelconques. Je ne parle pas ici des objectifs qui vous sont imposés.

Je parle ici des objectifs que VOUS avez identifiés, dont les simples énoncés vous motivent et que vous savez être à la base de vrai changement dans votre vie, changements que vous avez choisi.

Mes inspirations

Ma méthode s’inspire de 2 sources.

Les « chrono-rêves » de Tim FERRIS

Dans son livre La semaine de 4 heures, Tim FERRIS nous expose sa méthode pour identifier ses objectifs. Je ne reviendrais pas ici sur le détail de cette méthode. Je trouve que c’est une très bonne base. Elle permet d’établir simplement et relativement rapidement une première liste de buts. Elle met en avant les trois verbes essentiels au quotidien : être, faire et avoir. Si une méthode simple et efficace devait être utilisée, ce serait celle-ci.

Mais cette méthode ne permet pas, à mon gout, d’identifier réellement les buts importants, ni de les clarifier au mieux. Elle reste trop vague et trop informelle.

Le Personnal Master Plan de Josh Kaufman

J’aime beaucoup cette méthode. Elle formalise le processus, balaie les grands domaines de nos vies et impose de se poser de bonnes questions. L’essentiel de ce que je pratique vient de cette méthode. Je l’ai quelque peu modifiée et adaptée à mes gouts.

Si vous ne connaissez Josh Kaufman et son site The Personal MBA, je vous conseilles vivement d’aller y jeter un coup d’oeil.

Ma méthode

Ma méthode se découpe en cinq étapes.

Etape 1 : lister tous vos rêves

Cette phase est à mon sens la plus importante. Il s’agit grosso modo d’une séance de brainstroming : on réfléchit sans réfléchir ! On couche sur le papier tous les objectifs, tous les rêves qu’on s’imagine atteindre un jour. Mais sans se poser de limite, sans anticiper la faisabilité ni la réalisation de cet objectif.

Le principe est simple. Il suffit de répondre à la question suivante :

Quelles sont toutes les choses que j’ai peut-être envie d’accomplir au cours des trois à cinq prochaines années ?

Il s’agit d’une question (très !) ouverte et pas forcément simple à répondre. Pourtant, les réponses seront importantes !

Afin de simplifier cette étape et de se donner un guide, il peut être bon de réfléchir en terme de domaines. Ces domaines peuvent être :

  • Santé / Physique
  • Relations
  • Compétences / Développement personnel / Style de vie
  • Richesse / Patrimoine / Finance / Carrière
  • Plaisir

Il s’agit là d’exemples de domaines. Libre à vous d’utiliser les domaines qui conviennent à votre vie, à vos gouts, et à vous tout simplement. Essayez cependant de ne pas avoir trop de domaines différents ou redondants.

De même, il n’y a aucune obligation à avoir plusieurs rêves par domaine. Un seul, ou même aucun, est parfaitement acceptable. Il est quand même préférable d’en avoir 1 ou 2.

Utilisez le support qui vous convient. Il faut simplement que vous puissiez revenir que ce que vous avez noté.

Je me répète, mais comme tout bon brainstorming, il s’agit ici de tout jeter sur papier, de tout écrire, de tout lister, sans réflexion ou analyse supplémentaire, sans filtre quelconque.

Peu importe si cela vous semble farfelu ou terriblement classique : ce sont vos choses à faire et vous êtes seul devant la feuille.

Peu importe si cela vous semble maintenant impossible ou en dehors de vos compétences : vous aurez tout le temps de réfléchir à un plan d’actions plus tard.

Etape 2 : se demander « pourquoi »

Pour chacun des objectifs notés à l’étape précédente, il s’agit de se poser 5 fois la question suivante :

Pourquoi est-ce que je veux vraiment atteindre cet objectif ?

En fait, il faut se poser cette question pour chacune des réponses successives. L’idée est de remettre en question ses hypothèses, de se concentrer sur ce que nous souhaitons vraiment, en évitant les spécificités arbitraires ou le conditionnement social.

Finalement, on doit pouvoir répondre « oui » à cette dernière question :

Est-ce que cette formulation est la meilleure façon de saisir l’essence de ce que je veux ?

Etape 3 : formuler l’objectif de façon positive

Pour chacun des objectifs, on doit s’assurer que la formulation est positive. C’est tout simple : l’objectif ne doit pas contenir de négation.

La raison est simple : notre esprit réagit bien mieux à bien à quelque chose de positif. Dans une phrase, quelle qu’elle soit, c’est le verbe, l’action, qui est retenu et marque l’esprit. La négation est beaucoup moins retenue, voire pas du tout. Il s’agit de votre objectif : si vous voulez qu’il vous marque vraiment, qu’il vous motive sur la durée, mettez toutes les chances de votre main et ayez une formulation positive.

De même, il vaut mieux éviter les verbes à connotation négative, comme « arrêter ».

Quelques exemples ? Ne dites pas « je ne veux plus rester assis toute la journée » mais plutôt « je veux faire de l’exercice tous les jours ». Ne dites pas « je veux arrêter de fumer » mais plutôt « je veux me libérer de la cigarette ».

Bon, ce sont peut être des exemples un peu bateaux mais vous voyez l’idée.

Etape 4 : pouvoir s’exclamer « mazette ! » pour chaque objectif

Tout comme un projet doit être SMART, notre objectif doit être MASET. A prononcer « mazette ».

L’idée est de s’exclamer ‘Mazette !’ en lisant son objectif. Un peu comme si sa lecture nous incitait à se dire « Ouah ! Quel objectif ! C’est ça que je veux faire ! Allez, j’attaque ! ». Je vous accorde que j’exagère un peu. Mais en lisant votre objectif :

  • vous devez savoir pourquoi ;
  • vous devez être motivé ;
  • vous devez avoir envie de vous y mettre tout de suite.

N’ayant rien trouvé pour le Z et le TE final, cela nous donne finalement MASET !

Il s’agit en fait d’un acronyme :

  • Mesurable. 2 choses derrière cela : avoir un critère chiffré et pouvoir mesurer ce critère. Ou bien produire un résultat tangible, physique.
  • Ambitieux. L’objectif ne doit pas être simplement accessible. Il doit exiger que vous vous dépassiez, que vous sortiez de votre zone de confort.
  • Spécifique. Un objectif suffisamment spécifique et clair doit pouvoir être compris par n’importe qui.
  • Excitant. Vous devez vous sentir concerné par l’objectif. Vous devez vous sentir emballé par l’objectif.
  • Temporellement défini. Se fixer une échéance.

Etape 5 : se focaliser sur l’essentiel

Nous avons énumérer de nombreux souhaits, de nombreux rêves. Il y en a surement beaucoup. Et il y en a certainement de trop !

Il s’agit ici de faire le tri, de faire des choix conscients. Et de sélectionner uniquement les objectifs que nous souhaitons réaliser dans un premier temps.

Pour chacun des objectifs, il suffit de répondre à cette question :

Si je pouvais accomplir la moitié de ces chose dans les 3 ans à venir, lesquels choisirais-je d’accomplir ?

Il ne faut conserver que les objectifs que nous estimons prioritaires dans chaque domaine : il faut donc recommencer jusqu’à n’avoir qu’un seul objectif dans chaque domaine.

Ne supprimez pas pour autant les objectifs mis de coté. Vous pourrez les réaliser plus tard, quand vos objectifs prioritaires auront été réalisés. Mettez-les plutôt dans une liste Un jour / Peut être.

Etape 6 : réactualiser

L’étape bonus : recommencez régulièrement !

  • Recommencez entièrement le processus depuis le début : vos souhaits peuvent avoir changé, vous pouvez changer.
  • Révisez les objectifs de votre liste Un jour / Peut être en les faisant repasser aux étapes 2 à 4. Ils peuvent aussi tout simplement être obsolètes : supprimez-les !

La fréquence reste à votre convenance, et est aussi fonction de la réalisation des objectifs élus à l’étape 5. Mais 1 à 2 fois par an semble être une bonne base.

Conclusion

Voilà comment je procède pour identifier mes buts et objectifs.

Comme dans ma méthode pour définir mes projets, on retrouve ici l’étape de brainstorming et la fameuse question « pourquoi ». Cependant :

  • L’étape de brainstorming ne s’applique pas au même niveau. Ici, on se préoccupe des quoi et pourquoi, de ce qu’on souhaite obtenir et des raisons véritables de ce souhait. Dans le cas du projet, on s’interroge sur comment réaliser cet objectif.
  • Se poser la question « pourquoi » maintenant permet très souvent de s’affranchir de se la poser au moment du projet, ou du moins de connaître déjà les réponses à ce moment-là. Mais cette question est très importante et il faut se la poser. Plutôt trop souvent que pas assez.

Vous avez défini clairement vos objectifs. Il faut maintenant les réaliser et les décliner en projets. Je vous renvoie donc vers ma méthode pour définir clairement un projet et procéder à sa mise œuvre.

Que pensez-vous de cette méthode? Quelles méthodes employez-vous ? Comment identifiez vos objectifs les plus importants ?

Cet article: temps de préparation: 20 minutes, temps de rédaction: 120 minutes

Click Here to Leave a Comment Below

Sophie | Esprit de Succès

Très bon article !
J’apprécie surtout le point 2-Se demander « pourquoi » qui manque parfois dans d’autres méthodes.
En effet, se poser la question du pourquoi (ou plutôt pour…quoi) est, à mon avis, fondamental. Cela permet souvent de se rendre compte que ce n’est pas vraiment le premier objectif qui est le bon. Le premier objectif est souvent un moyen que l’on imagine pour atteindre autre chose. Et si on n’a en tête que le premier objectif, non seulement on risque d’être déçu quand on l’atteint, mais en plus, on a souvent plus de mal à l’atteindre que si on visait tout de suite ce qu’il y a après. En effet, on se disperse dans un objectif qui n’en est pas un (puisque c’est un moyen) et on perd son temps, son énergie, etc.
Exemple, si je veux maigrir pour rencontrer l’homme de ma vie (c’est juste un exemple…), je me vois comme grosse, pas sexy, pas séduisante, et en plus je me donne un objectif pas très amusant car fait de privations. Par contre, si je cherche tout simplement à rencontrer l’homme de ma vie, sans me réoccuper d’être mince ou autre chose, je me contente de faire des rencontres, sortir, m’amuser, etc. Il y a de fortes chances que, même avec quelques kilos en trop, la deuxième méthode marche mieux que la première !…

Reply
Justin

Merci pour cet article, Grégory.

Lorsque je commence à fixer tous mes rêves, j’aime bien me poser la question : “Qu’est-ce que je tenterai si j’étais sûr de ne pas échouer ?”. Elle est issue du livre Pouvoir Illimité d’Anthony Robbins.

Cela m’évite de faire des blocages inutiles sur certains objectifs en me disant “c’est impossible !”.

Bravo pour l’acronyme MASET, qui sait, il deviendra peut-être aussi incontournable que SMART :D

Reply
    Micrac

    Bravo Gregory pour cet article, la méthode est claire et assez facile à utiliser. Il me manquait la phrase de Justin pour arriver à coucher mes idées sur papier.

    “Qu’est-ce que je tenterais si j’étais sûr de ne pas échouer ?”

    Cette phrase vient d’anéantir ma peur de l’échec, de la déception et ainsi me permet d’y croire.

    Merci

    Reply
Julien | worldemotions

Je partage ta méthode dans les grandes lignes, j’avais d’ailleurs écrit un article à ce sujet que j’avais intitullé “les 7 principes fondamentaux de l’écriture d’une bucket list” (pour ceux qui veulent y jeter un coup d’oeil : http://www.worldemotions.net/2010/09/les-sept-principes-fondamentaux-de-l%E2%80%99ecriture-d%E2%80%99une-bucket-list/ )

Je découvre ton blog avec cet article et je dois reconnaître que tu écris bien! Je repasserais plus souvent par ici!

Reply
Grégory

@Sophie: Bonjour et merci pour ton commentaire et ton appréciation de mon article.

Je suis complètement d’accord avec toi : se demander pourquoi est très important. C’est d’ailleurs pour ça que je la glisse dans ma méthode ! D’ailleurs, c’est une question très importante, et pas seulement pour désigner ces objectifs. C’est pas pour rien que les enfants la posent sans arrêt !

De même la formulation “pour quoi”, donc en 2 mots, amène une subtilité qui a tout son intérêt. Bien vu !

@Justin: De rien ! Merci pour ton commentaire et la question d’Anthony Robbins. C’est effectivement un bon moyen de ne pas se bloquer dès l’étape de réflexion.

MASET, incontournable comme SMART ? Ça serait fun, ça c’est sur … Mais après tout, pourquoi pas !

@Julien: Hello ! Merci pour ton lien : je vais aller lire ça avec grand intérêt. Par contre, il ne semble pas marcher :-(. Je corrige !

Merci pour l’appréciation : ça fait(très !) plaisir !

Reply
Olivier

Salut Greg,

Merci pour ton article. Pour ce qui concerne le Personal Masterplan de Kaufman, j’avais réalisé une présentation dessus il y a quelques temps. je me permets de mettre le lien de l’article : http://www.simpleslide.com/2009/12/17/quelques-conseils-pour-concretiser-vos-objectifs/

Je pense que ça peut faire un bon complément.

A+
Olivier

Reply
Grégory

@Olivier: Merci pour le lien. Tu fais très bien de le proposer : je me rappelle l’avoir lu à sa publication et l’avoir trouvé très bien. C’est même moi qui présente mes excuses de ne pas avoir proposé le lien dans mon article !

Reply
Leave a Reply:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.