Lire et exploiter intelligemment un livre de développement personnel

Avec cet article, je vais conclure ce que j’avais commencé avec mon article sur les habitudes et mon article sur ma méta-habitude.

Avec le premier article, j’essayais d’expliquer comment j’avais mis en oeuvre des actions concrètes pour m’améliorer et réaliser mes objectifs. Quelques lecteurs m’avaient faire part, dans les commentaires ou par mail, de leur perplexité. Un propos un peu confus, un manque d’expériences personnelles ou d’exemples concrets …

Dans le second article, j’avais essayé d’éclaircir les choses. J’y parlais des habitudes d’une manière générale, et je faisais en particulier le focus sur ma méta-habitude. Pour faire simple, 15 minutes tous les jours pour :

  • repenser à mes attitudes, à mes réactions, à ce qui me tracasse, … ;
  • réfléchir à mes lectures et à une application au quotidien ;
  • suivre la mise en place d’une nouvelle habitude ou d’un nouveau processus ;
  • prendre le temps pour une réflexion de fonds, ou du moins initier cette réflexion ;
  • noter tout cela, pour que ça ne se perde pas !

Une habitude de réflexion et de suivi des habitudes qui, tout doucement, peut devenir une revue quotidienne de 30 minutes.

Avec ce troisième et dernier article, je vais revenir sur le second point abordé dans le premier article (vous me suivez toujours ?) : la non-pertinence à s’évertuer à utiliser ce qui est lu dans un livre/blog de développement personnel.

Le problème des livres

Les livres de développement personnel présentent, en un seul ensemble, tout un système d’organisation et de gestion de son quotidien, ou bien encore une nouvelle façon d’aborder et d’appréhender sa vie, ou un élément important de sa vie (sa timidité, ses relations avec les autre, son manque de concentration, …).

Dans leur grande majorité, ces systèmes d’organisation ne sont pas simples : ils sont constitués de plusieurs processus, de plusieurs outils, de nouvelles habitudes, de concepts pas forcément intuitifs … Tout simplement, se changer soi-même, même sur un seul aspect ou une seule habitude, est surement l’une des taches les plus ardues qui soit.

Cela représente un grand changement de paradigme, un changement de point de vue. Un changement d’habitude, donc au niveau du réflexe et de l’inconscient.

Mettre en oeuvre un système complet, qui ne nous est pas forcément adapté, ne ménera qu’à l’échec et à la déception. Certains livres mettent en garde contre cet écueil, ou proposent même un programme d’application. Mais pas tous …

Je vous propose donc ma méthode pour éviter cet écueil, et ainsi lire et exploiter ces livres efficacement.

Lire intelligemment

La lecture doit se faire de façon intelligente. C’est-à-dire pas la méthode « j’ouvre, je lis tout, je ferme, j’oublie ».

Je vous propose la méthode suivante :

  1. Faire un premier survol du livre. Histoire d’avoir une vue globale et d’enregistrer quelques mots clès.
  2. Lire chaque chapitre 2 fois avant de passer au suivant. D’abord une lecture rapide, puis une lecture approfondie plus classique.
  3. Ne pas hésiter à faire régulièrement des pauses et réfléchir. Pour bien comprendre ce qui est dit et pour réfléchir à un cas concret.
  4. Prendre des notes au fur et à mesure. Une alternative pourrait être de réaliser une mindmap.
  5. Relire régulièrement le livre. Pour recadrer ce dont on se souvient, et éventuellement se relancer dans une nouvelle mise en oeuvre.

La relecture n’implique pas une lecture complête. Il s’agit plutôt d’une lecture rapide, avec des lectures classiques sur un passage ou un chapitre qui vous interpelle. Je relis aussi uniquement des passages complets de certains livres, lorsqu’un événement ou une réflexion m’y incite.

Dale Carnegie, dans livre Comment se faire des amis, nous donne ses recommandations pour lire son livre de façon optimale. Ses recommandations sont très judicieuses et s’appliquent à la lecture de tout livre de développement personnel. Certaines de ses recommandations rejoignent d’ailleurs mes conseils. Je vous les relivre donc :

  1. Avoir l’ardent désir d’apprendre et d’appliquer les principes présentés : le pré-requis de base.
  2. Lire 2 fois chaque chapitre avant de passer au suivant : d’abord une lecture rapide, puis une lecture approfondie.
  3. Interrompre fréquemment sa lecture pour s’interroger sur nos possibilités personnelles d’application de chaque principe : se laisser le temps de la réflexion et de l’assimilation sur le moment.
  4. Souligner les idées importantes : je n’aime pas écrire sur le livre, mais la prise de note revient un peu au même.
  5. Revoir le livre tous les mois : peut être pas tous les mois, mais régulièrement.
  6. Mettre ces principes en pratique chaque fois que l’occasion s’en présente : bien évidemment …
  7. Transformer cette étude en un jeu amusant : un gage ou un malus, ou à l’inverse, une récompense.
  8. Contrôler chaque semaine les progrès que vous faites : c’est ce que j’essaie de faire avec mon habitude de gouvernance.

Appliquer intelligemment

Je l’ai expliqué plus haut : appliquer intégralement les préceptes et techniques d’un livre, aussi recommandé soit-il, ne vous ménera qu’à l’échec et à la déception.

Les raisons sont nombreuses, ne serait-ce que parce-que la volonté est une ressource limitée, et que le quotidien est un tourbillon sans fin.

Sur ce point, je ne pense pas qu’une méthode ressorte du lôt. Cependant, et vous l’aurez bien compris, il me semble évident qu’il faille :

  1. décomposer l’enseignement global en leçons distincts ;
  2. identifier celles qui répondent le plus immédiatement à un de nos problèmes ou faiblesses ;
  3. dans un premier temps, mettre en oeuvre tel quel : si l’auteur vous le propose ainsi, il y a surement une bonne raison ;
  4. dans un second temps, adapter à son cas personnel et à ses préférences ;
  5. suivre la mise en oeuvre ;
  6. faire le point !

Combien de temps faut-il accorder aux étapes 3 et 4 pour chaque leçon ? Aucune idée ! Cela dépend de vous, de la leçon, des changements induits, de vos contraintes, … Disons qu’il me semble que 1 à 2 semaines soit le minimum.

Je préconiserai les points suivants :

  • Ne jamais mettre en oeuvre plusieurs leçons en même temps. C’est, au pire, courir à l’échec, au mieux, se compliquer la vie.
  • Faire un suivi et prendre du recul. Je vous renvoie vers mon article sur mon habitude de gouvernance.
  • Ne pas hésiter à ne pas persévérer si les résultats ne sont pas à la hauteur de vos espérances. Là encore, il peut être judicieux de prendre le temps de la réflexion après l’arrêt. Et ne pas considérer cela comme un échec : il s’agit d’une expérience, d’une leçon. Cela est très positif.

Concernant le premier point (pas plusieurs leçon en même temps), il est peut-être possible de couper la poire en deux et de procéder « par vague » : d’abord une première leçon, puis une deuxième alors que la première leçon est en cours d’adaptation (étape 4), puis une troisième alors que la deuxième est en cours d’adaptation et que la première est définitivement adoptée. Si les leçons sont simples, pourquoi pas …

Compléter intelligemment

N’hésitez pas à compléter vos lectures traditionnelles par la lecture de blogs. Certes, il n’y a pas que des avantages avec les blogs.

Contraitement aux livres, ils ne présentent pas une vue d’ensemble, cohérente et complête. Il est ainsi moins simple de saisir une logique globale. A moins de les suivre régulièrement (vous avez compris : abonnez-vous à mon blog et revenez toutes les semaines !) … De même, du fait de la rapidité de la lecture, on peut être emballé par une idée, une technique, un concept … et l’oublier aussi sec ! Autant ne pas lire …

Par contre, il y a quand même de gros avantages :

  • La granularité est plus fine. Pas de vue d’ensemble, certes, mais des techniques et concepts nettement plus concrets.
  • L’appropriation et la mise en oeuvre sont simplifiées, du fait des articles courts.
  • Vous disposez de l’expérience du blogueur. Et vous pouvez aussi échanger directement avec lui.
  • Vous n’êtes pas seul sur un blog : il y a aussi les autres lecteurs et, surtout, les commentateurs. Pour continuer à débattre et à échanger.

Lire quelques blogs est un excellent complèment à la lecture conventionnelle. Y laisser un commentaire, pour complêter, partager et échanger, est profitable à tout le monde.

Conclusion

La lecture d’un livre de développement personnel n’a rien à voir avec la lecture d’un livre de fiction. Pour un livre de fiction, on peut rester passif. C’est juste du divertissement.

Pour un livre de développement personnel, il faut s’impliquer et être actif.

Cela commence par le choix du livre, continue par la lecture elle-même et se poursuit au quotidien par l’utilisation de ce livre.

Comment procédez-vous pour exploiter au mieux vos lectures ? Quels sont vos techniques et vos outils ?

Une petite citation ?

1. Ne jamais lire un livre qui date de moins d’un an. 2. Ne lire que des livres réputés. 3. Ne lire que des livres que vous aimez.

Ralph Waldo Emerson, philosophe américain (1803-1882)

Cet article: temps de préparation: 15 minutes, temps de rédaction: 100 minutes

Click Here to Leave a Comment Below

sylvie

C’est un excellent article Grégory… Surtout en cette période où le developpement personnel est assez décrié .
Je trouve que tu résumes très bien ici ce que DOIT être la lecture d’un livre de developpement personnel. Plus qu’une simple lecture, c’est presque un « travail », car on s’attend a en retirer quelque chose ! On lit un livre de dev perso, pour APPRENDRE quelques choses !
Rien à voir avec la lecture d’un roman que l’on s’empresse presque d’oublier pour passer au suivant.
Comme tu le soulignes dans ta conclusion : « Pour un livre de développement personnel, il faut s’impliquer et être actif. » Tout est dit!

Reply
Catia95

Trés bon article !
Depuis que je m’intérresse au DP je suis boulimique de lecture,bouquins,blogs,j’avale littéralement des centaines de pages mais sans la mise en pratique la théorie ne vaut rien !Bref pour le moment je procrastines…
Merci pour cette méthode détaillée et claire dont je m’inspirerais certainement lors de ma prochaine lecture.
Je te ferais un feedback :)

A+
Catia

Reply
Grégory

@sylvie: Merci de ton commentaire. Même si cela doit partir d’un désir et rester un plaisir, se lancer dans une démarche de développement personnel, quel qu’en soit le but, est effectivement une démarche active. Et cela commence à la lecture d’un livre, et même d’un blog.

Mais ne pas perdre de vue non plus l’aspect plaisir.

@Catia95: Je suis ravi que cet article trouve un écho dans ton expérience personnelle et puisse t’être utile. J’attend ton feedback avec impatience ! :-)

Pour être honnête, il m’arrive de ne pas applique à la lettre cette méthode. Soit carrément pour tout un livre, quand il est court ou simple, ou pour de simples chapitres, quand je suis vraiment impatient d’en savoir plus … Mais en général, la première lecture globale permet de limiter cette envie.

Reply
Nathanael

Excellent article que je partage à 110 % deux points:
– prendre le temps de lire quitte à faire des pauses et appliquer un principe à la fois afin d’en créer une habitude à la fois !
– relire régulièrement un ouvrage

Par contre, mes bouquins sont surlignés, et pleins de note. De plus, j’aime bien en faire un résumé sous forme de mindmapping.

Reply
Grégory

@Nathanael: Merci de confirmer ! Ah que ça fait plaisir de lire ce genre de commentaire !

Je suis pas fan de surligner ou prendre des notes sur ce genre de bouquin, alors que, justement, pour ce genre de bouquin, qu’on peut considérer comme un outil de travail, ça serait plutôt judicieux … Mais j’ai un vrai blocage : un bouquin doit rester propre. Je le respecte trop pour le gribouiller !

Mais prendre des notes à coté, oui.

Je me mets tout doucement (mais attention, hein, tout doucement) au mindmap. Pendant très longtemps, je n’ai pas été convaincu. Pourtant j’ai lu quelques articles de blog et autres bouquins … Donc j’essaie de m’y mettre et je trouve ça plutôt intéressant comme méthode. Et pas que pour un résumé de livre.

Reply
eric

Que dire, c’est une très bonne technique de lecture que tu nous dévoile, il est important d’être capable de s’approprier le message transmis par ces livres de développement personnel dans notre vie de tous les jours. C’est pas toujours évident, et je trouve que tu as une belle manière d’orienter ta lecture. Merci pour tous ces bons conseils :)

PS : 100 minutes de rédaction en plus ? Tu travailles très vite pour rédiger du contenu pertinent, chapeau bas !

Reply
Grégory

@eric: Lire un roman, lire un livre de développement personnel en est une autre. Et cela nécessite d’être impliqué et actif … Autant avoir une méthode …

Je suis ravi que la mienne te convienne !

Concernant mon temps d’écriture, je n’ai pas l’impression d’être si rapide. Mais j’essaie d’être le plus efficace possible, mon temps étant compté.

Reply
Stéphanie

Ces conseils sont formidable. En effet ce type de lecture, suivi à la lettre, provoquerait souvent des changements radicaux, donc brutaux.
L’homéostasie définit l’équilibre qui s fait en nous et dont l’être humain recherche sans cesse. Bon pour lui ou pas d’ailleurs. Mais l’humain inconsciemment doit se rassurer et met en place un équilibre dont il a l’habitude.
Il s’agit donc de ne pas tout bouleverser d’un coup.
Rien de mieux que d’avancer petit à petit.
Les conseils ici sont excellents concernant le bonne méthode d’appréhender la lecture de livre de développement personnel.
Vue d’ensemble; ensuite peu à peu détaillée.
S’écouter et faire confiance à son instinct pour prendre progressivement ce qui fait sens pour nous. Progressivité est un des secrets pour avancer en développement personnel.

Reply
Leave a Reply:
ante. accumsan libero Praesent quis, dapibus Donec