Souris, ami francilien, souris

J’ai écrit cet article le mercredi 1 décembre dans le RER, lors de mon trajet quotidien pour me rendre à mon travail.

Il s’agit de mon 5° trajet de la semaine. Et j’y subis mon 5° incident de transport de la semaine. Après des colis oubliés et suspects, des voyageurs malades et des signaux d’alarme, c’est l’incident mécanique qui frappe ce matin. 5 sur 5, un carton plein !

En fait, j’avais commencé à écrire cet article en septembre dernier, au moment de la rentrée, quand, à la pénibilité de la reprise, s’ajoutaient les joies des grèves.

Je ne l’avais finalement ni terminé ni publié. Mais la situation en ce début de semaine me fait (un peu) penser à la situation en septembre dernier.

Et la réaction de mes compagnons de voyages est la même : ils râlent, ils médisent, ils critiquent.

Il faut bien leur accorder que les critiques adressées à la RATP et à la SNCF sont parfois fondées :

  • des horaires sont annoncés mais, d’une manière générale, on se demande bien à quoi ils servent vu qu’ils ne sont presque jamais respectés ;
  • en cas de perturbation de trafic, la communication est assez incertaine, pour ne pas dire inexistante ;
  • les régulations de trafic frappent alors que le RER a tardé 15 minutes : pourquoi réguler alors qu’il n’y a, au premier abord, aucun train juste devant ?

Il est sur que mettre 3h pour rentrer chez soi, comme hier soir (mardi), n’est pas agréable. Quant à cela se rajoute le froid et la neige … Mon Dieu, quelle galère !

Résultat : tout le monde râle, tout le monde fait la gueule, tout le monde courre.

Conséquence : ambiance de merde, enfants et personnes âgées ou handicapées bousculés, situation tendue !

Rien qu’hier soir, j’ai vu un enfant se prendre un sac à dos en pleine face (sa mère n’a toujours pas compris pourquoi il s’est brusquement mis à pleurer), une personne à béquille à 2 doigts de tomber quand sa béquille a été fauchée par une personne pressée qui n’a rien vu, et 2 personnes s’engueuler vertement parce que l’une ne pouvait pas descendre à cause de l’autre qui était cernée de toute part !

Très honnêtement, est ce que tout cela en vaut la peine ?

Les incidents et perturbations, y pouvons-nous quelque chose ?

Le froid et la neige, y pouvons-nous quelque chose ?

La grève, y pouvons-nous quelque chose ?

A chaque fois, la réponse est non.

Par contre, notre réaction à ces évènements, notre attitude, notre sourire, y pouvons-nous quelque chose ?

J’en suis désolé, mais je crois bien que la réponse est oui.

Ne laissons pas aux évènements et aux circonstances le pouvoir de nous influencer et de nous dicter notre attitude.

Ne nous départissons ni de notre bonne humeur, ni de notre sourire. Et restons un minimum attentif à l’autre.

Le trajet et la situation en seront nettement plus agréables. Pour vous comme pour les autres.

Plus facile à dire qu’à faire ? C’est vrai. Je vous renvoie à mon article sur les questions à se poser tous les jours, en particulier la première. Elle devrait vous aider autant qu’elle m’a aidé.

Cet article: temps de préparation: 10 minutes, temps de rédaction: 45 minutes

Click Here to Leave a Comment Below

kategriss@indépendance financière

En effet ce n’est pas génial de se laisser submerger par les évènements (ça serait laisser trop d’importance à la Reste Assis T’es Payé).

Par contre je pense qu’on pourrait tout même faire quelque chose contre ce genre de problèmes. Lancer un mouvement d’usagers mécontents en refusant de payer le ticket ? Signer une pétition et la faire vibrer en ligne ? Réunir des milliers de personnes dans une association contre les retards et problèmes incessants ?
Je refuse de penser qu’on « n’y peut rien », ça serait être défaitiste.

La météo est quelque chose qui nous échappe, mais les grèves, les problèmes dans les transports ? Ce n’est pas normal que ça nous échappe également !

Reply
Catia95

Ahlala les galéres dans les transports en commun je connais bien aussi !rien que ce matin ,un train supprimé j’ai du attendre une vingtaine de minutes pour le prochain ,toute glacée,les pieds gelés dans le petit matin …Et la gréve,on en a bien bavée pdt deux semaines…
Je suis d’accord que c’est notre interprétation des événements qui fait qu’on peut plus ou moins bien vivre les événements extérieurs.Je ne suis pas râleuse de nature,je reste calme en toutes circonstances,à quoi ca sert de râler et de s’en prendre aux autres passagers,d’être vulgaires ?ca n’avancera pas le schimiblik (euh je penses pas que çà s’écrive comme çà ^^).Je me ferme dans ma petite bulle avec un bouquin et j’essaies de passer ces moments désagréables de la maniére la plus plaisante et sereine possible…

Reply
DavidB_riche-et-heureux.fr

Bien d’accord avec toi mais c’est toute l’éducation de certains qu’il faudrait refaire.
De toute manière le français a la réputation mondiale d’être grossier, râleur, pingre, j’en passe… il doit bien y avoir qq raisons… ;-)

Reply
Fabrice

Ah, les transports en commun. Ce n’est pas évident tout les jours. Et à Paris, cela doit être pire que ce que je peux connaître. Alors on a beau s’intéresser à des auteurs dont le motto est « it’s not what happens that determine your life future, it’s what you do about what happens » (Jim Rohn), ce n’est pas toujours simple de positiver et garder le sourire.
Alors de là, à transmettre cet etat d’esprit pour que tout le monde positive, c’est encore moins gagné.
Tu as bien du courage en tous cas avec toutes ces heures de transport.

Reply
Joanne Tatham@Vie Simple

Le problème dans ces cas-là, c’est la contagion… On a beau lâcher prise et accepter notre impuissance face à la situation, on est vite submergé par l’énervement général. Difficile de rester zen dans une telle situation ! Mais peut-être qu’avec de la musique dans les oreilles et les yeux fermés, ça peut le faire ;)

Reply
    Seb

    C’est marrant je me faisais la même idée quant à la réaction qu’il fallait adopter dans ces situations tendues dans les transports en commun. Le problème c’est que même avec tout la bonne volonté du monde, en respectant les autres, en restant zen etc, et bien on se rend vite compte qu’on est absolument seul à le faire et les autres n’hésitent pas à te bousculer sans que tu n’ai rien d’autre à répondre que ta passivité raisonnée. C’est toutefois mieux que de s’énerver bien sûr, mais c’est toujours assez frustrant.

    Reply
Monalisa

Bravo de réussir à ne pas vibrer au diapason de la mauvaise humeur. C’est vraiment du développement personnel mis en pratique !
Ne pas se laisser dicter son comportement par les circonstances extérieures, c’est une hygiène de vie très puissante.

Reply
Johann

Ha la la les transports ! j’avoue avoir du mal à garder la bonne humeur dans ce genre d’atmosphère. Il est vrai qui si tout le monde prenait les choses de façon plus positives ces situations seraient moins pénibles. Surtout que quand on ne peut rien au évènements autant controler nos réactions, on a le choix en se plaindre ou sourire. On dit que le sourire et la bonne humeur sont contagieuses, la mauvaise humeur l’est aussi.
En tout cas j’adhère totalement à ton article et il exprime clairement le genre de reflexions que j’ai pu avoir dans cette situation.
Il y a une citation que j’aime beaucoup et dont nous devrions tous nous inspirer : « La vie ce n’est pas d’attendre que les orages passent…c’est d’apprendre comment danser sous la pluie. »

Reply
Grégory

@kategriss: Tu as raison ! On va pas se laisser faire sans réagir par Rentre-Avec-Tes-Pieds ! Non mais … On va de ce pas organiser une expédition punitive !

Plus sérieusement, il me semble qu’il y a une association, avec un site où on peut renseigner les horaires et retards constatés. Mais je n’arrive pas à a retrouver …

@Catia95: Je fais exactement comme toi : un bon bouquin, un petit PDF bien sympa, ou mon notebook et j’écris. Autant que ce temps me soit utile !

@DavidB: Pourtant, nous sommes quand même le pays de la gastronomie et le berceau des droits de l’homme … On ne peut pas être que mauvais …

De toute façon, je n’ai pas cette ambition !

@ProLire: Il faut vraiment que je lise Jim Rohn … A chaque fois, j’adore ces citations …

Je ne sais pas si j’ai du courage … Des fois, je me dis que c’est un peu de la connerie, tout simplement …

@Johanne: L’intelligence moyenne de l’homme diminue au fur et à mesure qu’augmente le nombre d’individus du troupeau … L’effet de masse. Effectivement, dans ces cas là, je m’isole …

Il m’est parfois arrivé de vivre des moments sympas, quand l’agacement laisse la place à l’ironie, la plaisanterie et les sourires. Et là, tout le monde discute avec tout le monde. Très sympa mais très rare …

@MonaLisa: J’essaie de me soigner …

Bon, il y a des fois où ça dérape et où je lâche un joli juron. En particulier en voiture (mais je pressens que la voiture a un pouvoir particulier sur nous, les hommes) :-) …

@Johann: J’adore ta citation ! Merci de la partager avec nous ! En connais tu l’auteur ?

Reply
Leave a Reply:
Sed sit felis libero libero ut vel, facilisis dictum