L’entrepreneur du jour : Jean-Philippe Touzeau

Cet article continue la série « Questions à mon ami l’entrepreneur » (la présentation est dans l’article pointé). L’entrepreneur du jour est Jean-Philippe Touzeau.

L'entrepreneur du jour : Jean-Philippe Touzeau

L’entrepreneur du jour : Jean-Philippe Touzeau

Jean-Philippe Touzeau est un écrivain respecté de la blogosphère francophone. Ses articles, aussi bien des essais que des œuvres de fiction, sont lus sur son blog par des dizaines de milliers de lecteurs, l’un de ses textes ayant même été choisi comme sujet au bac de français en Algérie. Son livre “Réveillez votre génie” a lui atteint la 1ère place de la boutique kindle d’Amazon, alors que ses autres oeuvres de fiction sont elles, toutes entrées dans le top 100.

revolution-persnnelle-jean-philippe-touzeau

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ?

Grégory, tu joues avec le feu en me posant cette question. :)

J’ai derrière moi, dans ma bibliothèque, mon autobiographie en 20 volumes et je suis prêt à t’en lire de longs passages. Ça commence d’ailleurs ainsi : “Il naquit un mardi, un 31 juillet pour être précis, et immédiatement, on comprit que le monde ne serait plus le même…”

Je continue ? :)

Bon, si vraiment tu préfères la version courte (ingrat !) : je suis né, j’ai fait un tas de trucs et puis je suis devenu entrepreneur.

Quel a été le déclencheur de votre saut vers l’entrepreneuriat et votre but majeur dans cette aventure ?

C’est le “tas de trucs” du milieu qui a réellement été le déclencheur. Mais un déclencheur très très long. Je viens d’un milieu métro-boulot-dodo avec un entourage métro-boulot-dodo et il m’a fallu pas mal d’années avant juste de découvrir le mot “entrepreneur”. Alors tu imagines, pour le comprendre, il m’a encore fallu encore du temps.

J’insiste, le “tas de trucs” du milieu a été mon apprentissage en douceur. C’est ce que j’appelle sur mon blog être un scanneur, c’est à dire toucher à tout, essayer différents domaines, acquérir des savoirs pas vraiment complémentaires mais qui, plus tard, me seraient très utiles.

Et puis, je suis allé vivre aux États-unis. :)

Alors si tu veux que je te donne un vrai déclencheur, ça c’est produit là-bas. J’y ai découvert la culture de l’entreprenariat positif, optimiste et conquérant. Cela a été une grande claque pour moi qui venait de mon milieu très français-français (très auto-critique) où l’argent c’est tabou, c’est sale et de toute façon, il n’y en a pas assez pour tout le monde.

J’ai découvert là-bas que le rêve américain, ça existe réellement… et ça m’a donné des ailes pour aller vers le mien. ;)

Avez-vous eu des peurs qui vous ont bloqué ? Comment les avez-vous surmontées ?

Bien sûr ! Parce qu’au début tu veux y aller, tu veux être indépendant et tout mais personne ne te dit qu’il faut un état d’esprit spécial pour ça.

Par exemple, tu ne peux pas être “homme politique” sans avoir un état d’esprit particulier (je laisse le soin à chacun de déterminer lequel). Pour l’entreprenariat, c’est la même chose. Il faut ce petit grain de folie qui te pousse hors du moule “sociétal”. Car personne ne t’a prévenu sur ce qui t’attendait. A l’école (en Europe), il n’y a pas eu de cours d’entreprenariat dès le CM1.

Attention, je vois tout de suite des bras se lever pour me dire, “quel scandale ! Il veut faire de nos bambins des machines à faire du fric !”

Aux US, en général, on pousse les enfants à l’indépendance, très jeunes. Je crois que c’est dans leur ADN. On les encourage à prendre des risques et surtout à comprendre que l’échec, fait non seulement partie du jeu mais est important pour progresser, pour s’améliorer.

Compare ça avec la mentalité chez nous…

Alors oui, mes grosses peurs ont été celles de l’échec et je ne les ai pas surmontées. Je leur ai fait face, point. Rien de glorieux là-dedans mais comme j’étais dans un milieu californien, je n’avais pas le choix. J’ai fait comme les autres.

Si on n’est pas dans un bain “entreprenarial”, je crois que c’est très difficile de surmonter ses peurs. D’où l’importance de se rapprocher d’autres entrepreneurs, de gens qui vont dans la même direction et qui ne passent pas leur temps à vous critiquer ou à soupirer.

Quels sont les principaux problèmes que vous avez rencontrés ? Comment les avez-vous résolus ?

Au début, un fois la peur surmontée, cela a été de rester sur le même projet. En effet, lorsque l’on attaque “son” idée géniale, on est certain que ça va être le gros succès de l’année (voire de la décennie). Donc, on bosse, on bosse, on bosse et, dans 95% des cas, le succès au bout de 6 mois, il n’est pas là. Mais pas du tout.

Alors, on prend un coup au moral.

Et, on abandonne pour passer à la prochaine idée géniale. C’est ce que j’ai fait pendant longtemps.

Le problème pour l’entrepreneur, c’est de savoir quand continuer et quand abandonner. Il n’y a pas de règles. Un produit ou une idée peuvent prendre des années pour fleurir et rencontrer leur marché. Au XXIe siècle, c’est difficile de rester longtemps, comme ça, sur le même projet. La mentalité de tout, tout de suite, “zappe” cette étape de “couveuse” avant que les œufs n’éclosent.

Alors, comment faire ?

Franchement, je ne sais pas. On peut lire des livres comme “The Dip” de Seth Godin qui aident un peu mais vraiment, on entre dans un monde irrationnel où nos croyances sont reines. On connait aussi l’expression “Never Give up”, ce qui est vrai mais n’est pas non plus garanti à 100%.

Pour prendre un exemple personnel, il a fallu 18 mois pour que Cloudbraining devienne un succès. D’un autre côté, mon blog, Révolution personnelle, après 15 jours d’existence a eu droit à un retweet de Presse-Citron qui a immédiatement boosté mon nombre de followers et m’a tout de suite donné une bonne assise dans la blogosphère.

Pour moi, finalement, je crois que ma réponse se situe dans celle de la question suivante…

Comment entretenez-vous votre motivation et votre implication sur la durée ?

Ta question, Grégory, est excellente et c’est normal car celles et ceux qui nous lisent veulent des conseils clairs, des astuces, des retours d’expériences.

Mais moi, je voudrais me situer à un autre niveau en posant la question suivante :

“Pourquoi vous faites ce que vous faites ?”

Dans la réponse que l’on fait (et qui peut changer avec le temps) se situe toutes les solutions nécessaires aux entrepreneurs. Mais attention, il faut y répondre honnêtement, c’est juste entre vous et vous, donc il n’y a aucune raison de se mentir. :)

Et cette réponse déterminera tout le reste. On ne “réussit” pas par hasard (ou presque).

Pour reprendre mon exemple, j’aime écrire et donc logiquement avoir un blog, publier des livres, aider les autres à publier les leurs me parait normal. C’est vraiment une passion et donc pour moi la question de la motivation ne se pose pas.

Je ne veux pas dire que je suis à 100%, tout le temps sur mes objectifs (je rappelle à tes lecteurs/lectrices que je suis un être humain, moi aussi), mais entre de longues plages de détente, je reviens toujours naturellement vers l’écriture. Et avec plaisir. :)

Donc, pourquoi je le fais ? Parce que ça me fait plaisir à moi d’abord. J’aime lire mes propres histoires et ensuite, faire rêver ceux ou celles qui voudront bien les lire.

Alors la “motivation” ? Chez moi, il n’y en a pas. Comme ça, je n’ai pas à me battre avec.

Si vous aviez un message, quel qu’il soit, à faire passer à un apprenti entrepreneur, quel serait-il ?

Justement, je pense que chacun(e) a un message à faire passer. Un entrepreneur est aussi un créatif et ses produits ont un impact sur le monde.

Alors, surtout, il ne faut pas se retenir. Ce message peut changer la vie de plusieurs personnes et rien que pour ça, c’est un devoir d’aller de l’avant. Ensuite, en devenant un entrepreneur on s’accomplit et on contribue à la société.

Qui a-t-il de plus beau ?

Donc oubliez tout ce qu’on vous a dit de mal sur l’entreprenariat, oubliez que vous vivez en France, pays où les entrepreneurs ne sont pas vraiment aimés et foncez !

Vous ne voudriez pas regretter plus tard, au crépuscule de votre vie, de ne pas avoir tenté, de ne pas être allé au bout de vos rêves, de ne pas avoir sublimé votre existence.

Car au bout du compte, il n’y a pas de réussite ou d’échec mais juste un voyage passionnant qu’on ne réalise qu’un seule fois et qu’on appelle “sa vie”. :)

Le livret numérique « Questions à mon ami l’entrepreneur »

Le recueil des interviews déjà réalisées est disponible en téléchargement gratuit.

[button link=https://www.deviendragrand.fr/recueil-questions-entrepreneur/ size= »large » style= »tick » color= »aqua » text= »dark »]Consulter le recueil « Questions à mon ami l’entrepreneur »[/button]

Click Here to Leave a Comment Below

Jean-Philippe

Merci beaucoup Grégory pour ce privilège que tu me fais. :)

PS : Mon autobiographie en 20 volumes reste à ta disposition. On peut payer en plusieurs fois et le port est gratuit. Je te dis ça comme ça…

Reply
Dominique Chayer

Merci Grégory d’avoir interviewé Jean-Philippe, que je prends toujours plaisir à lire.

À chaque entrevue ou article, on découvre de plus en plus sa personnalité attachante, pleine de sagesse et cela, tout en humour :)

Merci à toi Jean-Philippe d’avoir participé!

Reply
    Jean-Philippe

    Merci infiniment pour les compliments Dominique, c’est très gentil de ta part !

    Tiens, je t’offre même une réduction sur mon autobiographie en 20 volumes… parce que c’est toi. ;)

    Reply
Grégory

@Jean-Philippe: Merci à toi d’avoir accepté de jouer le jeu.

Pour une fois, tu as fait court : tout en 1 seul article :-)

PS: ah ! Si les frais de port sont offerts par la maison … Justement, ils m’inquiétaient :-)

@Dominique: J’apprécie aussi énormément Jean-Philippe. Enfin, surtout ses textes, son propos et sa philosophie, vu que je ne connais pas le personnage personnellement.

Reply
    Jean-Philippe

    Ceux qui m’ont rencontré disent que je suis peu intéressant et très imbu de moi-même. Quand je rencontre quelqu’un, je parle surtout de mon autobiographie que j’essaie de refiler à tout le monde… mais à part ça, quand je me tais, il parait que je suis génial… :)

    Reply
Dominique Chayer

@ Jean-Philippe : Bien.. sur le web tu es bien intéressant et c’est ce qui est important!
Vu la distance transatlantique, on ne risque pas de se rencontrer de si tôt ;)

@ Grégory : On se partage les frais à deux pour l’encourager et acheter son autobiographie? ^^

Reply
Al@Ross Jeffries

Salut Grégory et Jean-Philippe,

J’ai une question : Tu dis que au Etats-Unis tu as découvert l’entrepreneuriat et que le rêve Américain existe bel et bien, mais comment tu as réalisé ce constat ?? Donne nous un exemple ou une situation qui t’es arrivé….

Merci ,

à bientôt,

Al

Reply
    Jean-Philippe

    Merci Al pour ta question. :)

    Ce constat s’est produit en deux étapes. D’abord, il te faut un certain temps pour réaliser ce qui se passe autour de toi, maitriser la langue, comprendre l’état d’esprit américain. Pour ça, il faut vivre sur place un bon moment. Deux semaines de vacances ne suffiront pas. (C’est d’ailleurs la même chose pour comprendre un peu mieux n’importe quelle culture.) A ce moment-là, tu rentres plus dans la société et tu commences à rencontrer et discuter avec des gens qui sont entrepreneurs dans tous les domaines (vraiment tous !) et qui réussissent plus ou moins bien. Tous seuls. Sans patrons.

    Alors à force de les côtoyer, ça commence à déteindre sur toi. Et je me suis dit, pourquoi pas moi ? Je te passe les étapes (les peurs, les essais, les échecs) et j’ai fini par établir mon business à Los Angeles dans le domaine des langues (Apprendre le français).

    Donc, cela a été tout un processus. Ce n’est qu’après que j’ai vraiment compris ce qui s’était passé en moi. ;)

    Reply
Anne-Marie

Bonjour à tous les deux,

Super interview, ça fait plaisir et sa donne de l’espoir de voir que tu réussis dans tes projets Jean-Phillippe … et que tu arrive à prendre le temps de partager ton expérience, c’est génial!
Il est vrai que la France ne pousse pas vraiment à l’entrepreneuriat, mais comme tu le dis si bien, il faut oublier cela et foncer!

En tous cas, merci à tous les deux.

Anne-Marie

Reply
    Jean-Philippe

    Merci pour les compliments Anne-Marie ! Eh oui, juste se faire plaisir en fonçant, visage au vent. ;)

    Reply
Jonathan

Salut Grégory et Jean-Philippe,

C’est cool de vous retrouver ici ;) Très sympa cette interview pour nous donner l’inspiration à tous d’avancer et d’aller vers nos rêves.
S’il n’y avait personne pour nous montrer la voie, cela serait plus dur de s’accrocher pour avancer et aller au bout donc merci JP
Je partage l’avis de JP concernant les voyages, qu’est ce que c’est utile pour changer de cadres et voir le monde différemment. C’est un gros plus pour tous ceux qui ont la chance de vivre cela.
Je retourne à mon écriture, Bon week-end à vous deux ;)

Reply
Jonathan

Salut Grégory et Jean-Philippe,

C’est cool de vous retrouver ici ;) Très sympa cette interview pour donner à tous l’inspiration d’avancer et d’aller vers nos rêves.
S’il n’y avait personne pour nous montrer la voie, cela serait bien plus dur de s’accrocher, garder la foi pour avancer dans les moments de doutes et aller au bout donc merci JP de tous ces échanges ;)

Je partage ton avis concernant les voyages, c’est vraiment utile pour changer de cadre et voir le monde différemment. C’est un gros avantage pour tous ceux qui ont la chance de vivre cela.

Maintenant, je retourne à mon écriture, J’ai le monde à transformer lol

Bon week-end à tous les deux ;)

P.S: Pour Grégory, mon frère n’a pas oublier ton petit défi d’autant que son club fonctionne plutôt bien. Cela va être à toi de jouer !

A+

Reply
    Jean-Philippe

    Bon, je ne sais pas auquel des deux Jonathan répondre, alors je prends le 2eme. :)

    Merci en tout cas pour tes mots et, entre toi, Grégory et moi, c’est comme si on était dans un mini Cloudbraining !

    PS : Il y a du défi dans l’air ?…

    Reply
Jordane de MonBonPote

Jean-Philippe, t’as été le premier blogueur a m’inspirer, et le dernier aussi car j’ai écrit un bouquin qui te rend hommage, je l’ai appelé « Êtes vous une vache ? » en dédicace à « Êtes-vous une sardine » :)
Je suis tes traces, je vis ma nouvelle vie depuis quelques mois ! A suivre
Bonne interview au passage :)

Reply
Leave a Reply:
elementum ipsum in Praesent luctus dapibus