L’entrepreneur du jour : Rémy Bigot

Cet article continue la série « Questions à mon ami l’entrepreneur » (la présentation est dans l’article pointé). L’entrepreneur du jour est Rémy Bigot.

remy-bigot

L’entrepreneur du jour : Rémy Bigot.

Rémy Bigot , 30 ans, est webmarketer indépendant depuis 2003. Il accompagne les entreprises dans leur réussite sur internet. Il les aide notamment à améliorer leur site en vu d’augmenter leur efficacité et de transformer plus de visiteurs en clients. Il les accompagne également dans leur stratégie d’acquisition de trafic et de clients.

Son objectif : leur permettre de vendre plus et mieux leurs produits et services grâce à internet.

Accessoirement, il sévit aussi sur le blog Monter son business,

Pouvez-vous nous présenter votre parcours ? Quel est aujourd’hui votre activité ?

J’exerce ma passion du web depuis de nombreuses années où j’ai accompagné plusieurs entreprises dans leur réussite sur internet.

C’est assez simple : les entreprises me contactent car elles ont besoin de résultats et de comprendre comment faire en sorte qu’internet booste réellement leur chiffre d’affaires et leurs revenus.

Je leur montre ce qu’ils doivent mettre en place pour y parvenir.

Quel a été le déclencheur de votre saut vers l’entrepreneuriat et votre but majeur dans cette aventure ?

Un grand besoin de liberté. Je me sens oppressé lorsque je suis salarié. On bride ma créativité, on me dit trop souvent “ce n’est pas possible” ou “c’est trop compliqué”.

Cette sensation de liberté est pour moi la plus grande richesse d’un entrepreneur, lorsqu’il réussit à ne pas être esclave de son travail, ce qui n’est pas toujours le cas.

Je le sais, car j’ai moi-même été esclave de mon entreprise. J’ai depuis pris du recul et je gère maintenant ma vie comme je l’entends. Cette sensation est indescriptible : pouvoir dire ce genre de choses : à telle date, je vais bosser à 1000km de chez moi par exemple.

Bref, le sentiment de liberté et de travailler pour soi restent les points les plus importants pour moi : je sais pourquoi je me lève le matin !

Avez-vous eu des peurs qui vous ont bloqué ? Comment les avez-vous surmontées ?

Beaucoup ! Si vous n’avez pas peur, c’est que vous ne prenez pas de risques. On a beaucoup de peur avant de se lancer, pendant et même après, c’est normal.

On ne nous a pas appris à être indépendant, à prendre des risques mesurés, on est donc en perpétuel questionnement sur nous-mêmes et nos actions.Il faut bien comprendre que la plus grande peur, c’est la peur d’échouer ou de réussir (j’en parle d’ailleurs ici).

Je pense que l’on surévalue beaucoup de risques, se doit être culturel, on est négatif avant d’être positif. En plus, on demande souvent conseil à des gens qui ne connaissent pas l’entrepreneuriat, belle erreur ! On a toujours peur de l’inconnu, c’est logique.

Une autre peur, celle de sortir de sa zone de confort. Vous savez, cette zone où tout est “sûr”, où vous vous sentez protégé. Là où vous avez un salaire qui tombe tous les mois, des collègues, une machine à café… C’est tellement plus facile !

En réalité, elle n’est pas plus sûre qu’une autre (regardez les plans sociaux), mais on se plait dans cet environnement “normal”, classique et pour lequel nous sommes préparé depuis la maternelle.

Quels sont les principaux problèmes que vous avez rencontrés ? Comment les avez-vous résolus ?

Le principal problème, au départ, a été de trouvé des clients, et plus particulièrement les bons.
Lorsque l’on est salarié, souvent, on s’en soucie peu, tout est plus facile.

Là, c’est à vous de trouver des contrats, sinon, c’est banqueroute, vous devez donc vous retrousser les manches.
C’est aussi là qu’on se rend compte que ce n’est pas simple de trouver des clients, et encore moins ceux qui vous correspondent.

Pour ma part, les clients qui me traitaient comme des salariés et donc me laissaient peu de liberté et de possibilités ont été simplement remerciés !

En effet, je pense que le client est roi, “mais si et seulement si” il comprends qui est le professionnel et qu’il vous fait confiance et vous donne tous les outils pour réussir votre mission.

J’ai réglé ce problème de 2 manières : Mon blog et mon réseau. Le blog me sert à montrer mon expertise et à attirer des clients potentiels et mon réseau à identifier les projets intéressants avec des personnes qui ont un état d’esprit ouvert.

Comment entretenez-vous votre motivation et votre implication sur la durée ?

Mon travail est une véritable passion, et me permet donc de rester motivé. L’autre point important est de garder l’envie d’apprendre, encore et toujours. Je déteste stagner, je m’ennuie vite dans ce cas.

C’est pour cette raison que je me suis installé à Londres pendant plusieurs mois l’an dernier, j’avais envie de vivre autre chose, je stagnais littéralement.

Aujourd’hui, je travaille pour une startup très ambitieuse, Wimi, avec qui nous allons attaquer le plus gros marché mondial : les États-Unis ! Qui ne serait pas motivé ?

Quels conseils particuliers donneriez vous à un entrepreneur débutant que vous auriez vous-même aimé avoir : organisation, efficacité, … ?

Foncez, faites des erreurs, ce n’est pas grave. N’écoutez pas ceux qui vous disent que c’est dangereux, risqué, difficile. Laissez de côté les personnes trop négatives.

Si vous voulez avancer, il faut faire, point final !

En terme d’organisation, utilisez la méthode GTD, notamment pour les emails, car vous devrez être réactif

Si vous aviez un message, quel qu’il soit, à faire passer à un apprenti entrepreneur, quel serait-il ?

Arrêter de trouver de fausses excuses et lancez-vous ! Même si vous échouer, l’expérience aura été bénéfique !

Je me rappellerai toujours de ma première entreprise, “support informatique”, le fiasco total (si j’ai eu 10 clients c’est le bout du monde!).

Click Here to Leave a Comment Below

gab

Merci pour cet article et ces conseils de Remy et encore bravo,pour ton courage et ta persévérance.

Reply
Adam@grossir

Très bons conseils qui devraient motiver quelqu’un qui débute. Ne pax avoir peur oui c’est certains mais être prudent est essentiel. Débuter son activité en restant salarié à côté apporte de la sérénité.

Reply
Nicolas

Ce que j’ai aimé dans cet article, c’est le parcours de ce jeune homme et surtout sa franchise. Il n’a pas peur de dire qu’il a eu peur et qu’il a parfois échoué. Et comme il le dit d’ailleurs assez justement, si on n’a pas peur, on ne peut pas être prudent et on risque de faire des bêtises.

Reply
Marie

J’aurais peut être besoin des conseils de cet expert car j’ai envie de monter ma petite affaire sur le net et j’aurais besoin de connaitre comment l’internaute voit le web et comment il s’intéresse à faire de l’argent sur le net car monter une affaire sans clients ne sert à rien.

Reply
Anna

Ce type de témoignage permet à ceux hésitant encore à franchir le pas.
« Est-ce que je vais réussir ? » « Que va t-il se passer si je rate ? »
Comme le précise Adam, il existe des solutions afin de commencer plus sereinement son activité.

Reply
Simon

Bonjour,
Je me suis bien retrouvé dans ce que dit Remy, le plaisir de travailler pour soit et d’avoir sa liberté, la peur d’aller droit dans le mur mais l’excitation quand on prend des risque, les difficultés à faire son chiffre d’affaire et d’autres choses aussi. Mais au bout du compte, être entrepreneur est une magnifique aventure et je ne le regrette pas, tout comme lui.

Reply
samuel@entrepreneur d'internet

Bonjour Rémy,

c’est une très belle interview pleine de conseils utiles pour tous les débutants.

J’ai apprécié les conseils sur la motivation et sur le fait de se lancer.
Dans la plupart des cas, c’est cette peur de l’inconnu qui nous bloque et j’ai moi-même été victime de cette manière de penser.

J’ai aussi aimé le fait de savoir s’entourer pour réussir et de savoir choisir ces clients.

Reply
Mima

J’ai l’honneur de connaître la personne de Rémy Bigot. C’est bien d’écouter une telle histoire pour en apprendre. Bonne continuation dans tous les sens.

Reply
David@PSE

Bonjour,

Merci pour cette interview.
L’une des difficultés qui peut se poser lorsque l’on veut se lancer dans l’entrepreneuriat comme vous avez pu le faire, Rémy.

Cela ne doit pas être facile de ne pas avoir de collègue à qui discuter.
Comment avez-vous fait ? Avez-vous fait appel à un incubateur ?

Reply
Leave a Reply:
eleifend sem, felis id libero. elementum justo sed non ut ante.