De l’inutilité de s’informer

Je lis rarement les journaux, quotidiens et autres sites d’information. Je regarde rarement le journal télévisé.

Depuis longtemps, d’abord inconsciemment, puis maintenant complètement consciemment et volontairement, je pratique ce que suggère, entre autres, Tim Ferris dans son livre La semaine de travail de 4 heures. A savoir une diète d’information.

Pour faire simple, je ne me tiens pas informé de l’essentiel de l’actualité.

Pas informé ou mal informé

Je considère qu’on est soit pas informé soit mal informé.

On nous relate les faits mais pas les intentions derrière ces faits. Du moins, on nous remonte peu ou mal ces intentions. Or, pour vraiment comprendre, ces intentions sont autant, si ce n’est plus, importantes que les faits.

De plus, selon la source, une même information nous est présentée différemment. Je ne me rappelle plus du fait divers en question mais je me rappelle qu’il nous était présenté comme une agression ou une simple altercation selon la chaine regardée … Et les mots « agression » et « altercation » n’ont pas forcément le même sens pour tout le monde : on y associe des images différentes (pour cet exemple, c’est surement exagéré mais vous voyez l’idée).

Sans compter les cas où l’information est carrément masquée ou déformée (Tchernobyl, les lois qui sont votées, …).

Les informations sur support papier ou internet sont potentiellement mieux loties, je pense : les faits y sont mieux détaillés, les intentions exposées, de même que les tenants et les aboutissants.

Cependant …

La théorie de l’information

(Sur ce coup là, je me la pète. Mais cela met exergue, selon moi, l’inutilité, l’illusion de se tenir informé.)

D’après la théorie de la décision , ne peut être appelé « information » que ce qui est susceptible d’avoir un effet sur nos décisions.

Tout ce qui vous présenté aux journaux télévisés, dans les quotidiens a-t’il un effet, un impact, sur vos décisions, sur vos actes ? Je ne le crois pas.

Bien sur, pour certaines professions, lire tel magazine, tel quotidien, aura son utilité. Mais c’est un cas à part : il s’agit d’une information ciblée, sur un domaine particulier, que vous allez chercher car vous savez qu’elle vous sera utile.

Pour le reste, aucun effet, aucun intérêt …

(Je vais être honnête : c’est tout ce que j’ai retenu de cette théorie. Allez-y, mettez moi au pilori !)

Les 2 cercles

Je rapproche cela de ce que Stephen Covey appelle, dans son livre Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent, le cercle de préoccupation et le cercle d’influence, le premier englobant le second :

  • le cercle de préoccupation regroupe toutes ces choses qui nous … préoccupent, nous trottent dans la tête, que nous voudrions changer ;
  • le cercle d’influence regroupe tous les éléments sur lesquels on peut influencer, sur lesquels on peut avoir un effet, un impact.

Stephen Covey recommande de concentrer ses pensées et actions sur son propre cercle d’influence. Cela aura tendance à réellement améliorer les choses et à augmenter notre efficacité. En retour, la confiance que les autres nous portent grandit, et donc notre cercle d’influence. Logique : on nous fait confiance donc on nous écoute donc on influence. On agit ainsi d’autant mieux sur ce qui nous préoccupe. Un cercle vertueux.

En pratique cela marche : on se simplifie la vie, on s’allège la tête, on concentre ses réflexions et actions.

Des questions, ma réponse

Les questions sont:

  • ce qu’on nous apprend aux informations fait-il partie de notre cercle d’influence? Pour le commun des mortels, non ;
  • ce qu’on nous apprend aux informations fait-il partie de notre cercle de préoccupation? Pour le commun des mortels, non.

Ma réponse : plutôt que de les laisser les informations venir à moi, je vais chercher les informations qui m’intéressent quand cela me convient et auprès des sources que j’aurais moi-même sélectionnées.

Je ne suis pas passif mais pro-actif.

Conclusion

J’ai fait ce choix de me simplifier la vie, de m’alléger la tête, et de ne pas me tenir informé. Parfois, je passe pour un original auprès de mes collègues de bureau quand je ne suis pas au courant du dernier fait divers dramatique, de la dernière affaire politique ou de ses soubresauts, voire de la toute dernière actualité people. Et quand j’explique mon point de vue …

Peu importe. Les bénéfices me sont plus profitables.

Avez-vous pensé à faire une diète d’informations ? Peut être la pratiquez-vous déjà ?

(En direct de Deviendra grand, à vous les lecteurs !)

Cet article: temps de préparation: 10 minutes, temps de rédaction: 90 minutes

Click Here to Leave a Comment Below

John

Je m’étais fait cette réflexion avec un billet intitulé ‘Claire Chazal est-elle responsable de la crise économique ?’. Mais là je me dis que tu vas beaucoup plus loin, que c’est très clair et très pertinent. Alors bravo :)
John

Reply
    Grégory

    @John: Merci pour ta visite et ton commentaire. Ça fait plaisir ! Par contre, j’aimerais bien lire ton billet mais je ne le trouve pas ! Du moins, je trouve un lien vers http://bit.ly/cLmAXG …. Mais ça arrive sur ‘TIP#54 : Le tribunal du succès improbable : accusé Julien Courbet, levez-vous !’ ! Un erreur ?

    Reply
Sylvaine

Bonjour Grégory,

Je ne regarde plus le journal télé depuis le fiasco des massacres de Timisoara dans les années 80. Du coup, je suis plutôt d’accord avec ton principe d’aller chercher les infos qui m’intéressent auprès des sources que j’ai sélectionnées.
Cependant, avec cette méthode, on peut aussi entretenir des convictions tout aussi étriquées, tout aussi erronées, tout aussi subjectives, il est donc indispensable de varier les supports, de vérifier ses sources, d’une part, et de faire preuve de curiosité d’autre part. Bref, de faire soi-même son travail de journaliste. Et ça, ça prend un temps fou!

Reply
    Grégory

    @Sylvaine: Bonjour, et merci de ta visite. Tu as complètement raison: il importe d’essayer de ne pas s’enfermer dans des préjugés. Déjà, j’essaie de garder l’état d’esprit qui va bien: rester ouvert aux autres et à la différence, et ne pas tomber dans les jugements rapides et les condamnations qui vont avec. Ensuite, plutôt que de regarder les infos, j’essaie de regarder des émissions culturelles, celles qui nous montrent d’autres pays, d’autres cultures, d’autres façons de pensée. Il y en a quand même quelques unes qui sont intéressantes (les émissions …). Certes, elles passent parfois à des heures, mais c’est pour ça qu’à été inventé le magnétoscope :-) !

    Reply
John

Bien vu, bug réparé. Voilà le lien : Claire Chazal est-elle responsable de la crise économique ?.
Le point a retenir est finalement plus dans ma réponse à un commentaire de cet article : on ne peut pas rester connecté impunément aux malheurs du monde et des gens qu’on ne connait pas. =)

Reply
    Grégory

    @John: Effectivement, c’est mieux ! NB: je me suis permis de modifier quelque peu ton commentaire pour avoir un lien un peu plus joli.

    Reply
DavidT

Bonjour,
Je suis d’accord avec Sylvaine. Je ne regarde que très peu les infos à la télé, mais lorsque je veux m’informer je diversifie au maximum mes sources, et je recoupe différents médias d’information.

Reply
    Grégory

    @DavidT: Bonjour, et merci pour ton commentaire. Je suis doublement d’accord avec toi ! Je suis, moi aussi, d’accord avec Sylvaine, et diversifier ses sources d’informations est important. Je ne me tiens pas informé dans la mesure où je ne regarde ni ne lis pas les informations (télévision, quotidiens, …). Mais je suis malgré tout toujours un minimum informé, ne serait-ce que par mes collègues, par exemple. Ensuite, il y a les occasions où s’informer est important car une décision en découle. Les élections par exemple. Et à ces occasions, oui, je m’informe en variant autant que possible mes sources (d’information et d’avis).

    Reply
Grégory

@sample resume: Hi! Thanks for your comment, I really appreciate it.

Reply
Leave a Reply:
quis Praesent ut tempus Sed pulvinar