Coupez le pilote automatique !

Vous savez tous ce qu’est un pilote automatique ? En gros, c’est le système qui permet à un avion de continuer à suivre la trajectoire prévue, sans intervention humaine, avec les corrections nécessaires pour palier à un gros coup de vent. Dans un avion, c’est très pratique. Une fois bien configuré et activé, vous le laissez faire, et vous vous retrouvez à la destination prévue. Il n’y a plus qu’à s’occuper de l’atterrissage. A part la téléportation, je ne vois pas plus pratique.

La description est un peu sommaire, je vous l’accorde. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter l’article Wikipédia au sujet des pilotes automatiques. Mais mon intention n’est pas de vous faire un cours d’aéronautique.

Je vous le dis tout net : évitez les pilotes automatiques dans votre vie. Pour un avion, un pilote automatique, c’est très pratique. Mais pour vous, c’est la peste. A fuir absolument !

OK, je vais me faire reprendre de volée. On va me rétorquer que, dans un article récent, j’expliquai avoir mis mes finances sur pilote automatique. Dans un autre article, je vantais les mérites des habitudes : qu’est ce qu’une habitude si ce n’est un pilote automatique ?

Et vous auriez raison. Je vais donc préciser …

Pilote automatique ?

Imaginez-vous à bord d’une voiture filant à bonne allure sur la route, avec ses croisements et intersections, ses montées et descentes, ses virages plus ou moins secs et qu’on peut mal voir venir, ses nids de poule. Vous préférez quoi ?  Être le pilote ou le passager ? Être celui qui décide de tout ou être celui qui se fait conduire bien confortablement ? Être celui qui vous emmène vers la bonne destination ou celui qui ne sait même pas où on va ?

Cette voiture, c’est vous filant sur la route de la vie. Vous ne préféreriez pas être le pilote de votre propre vie ?

Piloter ?

OK, on ne peut pas tout piloter. Et on ne peut pas tout prévoir, contrôle ou maitriser. Cependant vous pouvez prévoir et anticiper un minimum, vous pouvez prendre des mesures préventives pour diminuer les risques ou les conséquences d’une sortie de route. Un peu comme un fonds de précaution financier peut vous éviter la banqueroute en cas de gros achat imprévu ou d’un licenciement.

Ce que je pense être néfaste, c’est de ne pas être au volant. Ou du moins de ne pas connaître les modalités des pilotes automatiques : pourquoi, le but, les corrections apportées, …

Donc, après tout, pourquoi ne pas faire l’usage de pilotes automatiques ? Mais voici mes quelques conditions :

  • connaître, voire mieux, choisir le résultat attendu ;
  • connaître, voire mieux, choisir les variables mesurées et les seuils significatifs ;
  • connaître, voire mieux, choisir les actions correctrices à entreprendre si besoin ;

En gros, connaître, voire mieux, choisir chaque détail de chaque pilote automatique. Au moins, je sais où je vais, pourquoi et comment.

Pilotez !

  • Prenez conscience de tous les pilotes automatique de votre vie.
  • Prenez vos responsabilités et coupez-les les uns après les autres.
  • Préparez consciencieusement chaque nouveau pilote automatique.
  • Activez-les consciemment.

Facile à dire. Surement moins simple à faire. Une chose est sure : cela ne se fera pas du jour au lendemain. Et puis je n’y vais pas par 4 chemins quand je vous suggère de couper tous vos pilotes automatiques d’un coup. Évitez quand même le crash !

Disons plutôt que vous pouvez procéder pilote après pilote, domaine après domaine.

Tous les domaines de votre vie ne se prêteront pas à l’utilisation d’un pilote automatique. Mais l’idée reste la même : ne laissez pas qui que ce soit d’autre prendre les décisions. Qu’il s’agisse d’une autre personne, d’une convention sociale ou familiale, ou encore de vos impulsions.

Il y a aussi les cas où on ne souhaite pas reprendre le volant. Ou du moins pas tout de suite. Ca n’est pas forcément un problème. Il suffit d’en être conscient et de le choisir. Idéalement, il faudrait aussi avoir confiance en ce pilote mais cela peut venir plus tard.

Mon cas personnel

Il faut bien que je l’avoue : pendant très longtemps, et sur beaucoup de points, j’ai fonctionné en pilote automatique. La voie était toute tracée, je suivais les conventions sociales, et s’il y avait un carrefour, je suivais le chemin le plus connu, le plus débroussaillé.

Des exemples ?

  • Bac C parce que j’étais meilleur dans les matières scientifiques. Sans option parce je suis un gros fainéant !
  • Un DUT Informatique parce que l’informatique, ça me plait, c’est scientifique. Et puis un bon pote y va aussi.
  • Continuer après le DUT ? Trop de travail. Et puis l’Armée me fait signe. Devant le faire, je le fais tout de suite, mon service militaire.
  • Tiens, toujours le même pote, qui n’a pas eu à faire son service militaire, me dit que c’est bien une MIAGE en alternance. S’il le dit …
  • La boîte de ma MIAGE en alternance propose de m’embaucher. Pourquoi chercher plus loin ?…
  • Je ne me préoccupe pas de mes finances. Résultat : jusqu’à 60000F qui dorment sur un compte courant. On verra demain …

Disons-le clairement, je crois très sincèrement que j’ai une bonne étoile qui veille sur moi …

  • Je travaille dans un domaine qui me plait ;
  • J’ai fait un travail qui pendant très longtemps m’a plu ;
  • L’argent qui dormait sur un compte courant s’est transformé, simplement et rapidement, en apport personnel pour un achat immobilier (tant pis quand même pour les intérêts que j’aurais pu gagner par ailleurs !)

Conclusion

Pour moi, c’est clair : j’ai chaleureusement remercié ma bonne étoile et je l’ai mise au repos ! Au pire, si ça se passe mal après avoir repris les rênes, outre le fait que je saurais pourquoi, j’aurais appris et bénéficié d’une expérience. Et ça, ça n’a pas de prix !

(De toute façon, on n’a jamais vu un crapaud voler …)

Cet article: temps de préparation: 5 minutes, temps de rédaction: 80 minutes

Click Here to Leave a Comment Below

DavidB_riche-et-heureux.fr

Belle introspection mais à mon avis tu oublies un paramètre: beaucoup ne veulent pas conduire et préfèrent faire confiance au pilote, automatique ou non.
Et là il y a une grosse responsable c’est l’éducation (nationale ou parentale)
En plus on est dans un pays où le pilote automatique s’enclenche tout seul, les décisions sont prises à ta place, tu es assisté avant même de le demander, où l’entreprise individuelle, la prise de décisions personnelle sont peu encouragées voire bridées.
Tu constateras lors de reportages télé, d’interviews d’hommes politiques ou autre que l’on parle toujours des “salariés” comme si dans ce pays il n’y avait pas de professions libérales, de commerçants, d’indépendants qui pilotent leur vie tous les jours.
Alors débrancher le pilote c’est aussi abandonner une certaine sécurité en cas d’imprévu, c’est aussi sortir (un peu) du rang, c’est sauter souvent sans filet et puis c’est difficile si on ne l’a pas prévu depuis longtemps.
Mais c’est aussi tellement bien de n’avoir (presque) pas de comptes à rendre si ce n’est à soi-même. Je suis mauvais? C’est pas la faute à ma boite, mon patron, Sarko ou le bon Dieu!
Bien sûr je suis un peu extrême, avec moi c’est souvent tout ou rien :-)

Reply
Jon

Mais c’est horrible ce que tu racontes là. Ca fait des mois que je galère pour tout mettre en autopilot et tu me dis ça maintenant ??

Reply
Grégory

Jon: Désolé ! Euh… En fait, non. Surtout que, d’après ce que tu dis, tu choisis toi-même ton pilote automatique. Je ne dis rien d’autre que ça ! Et tu le fais très bien … Allez, courage !

@David: Merci pour l’introspection !

Pour le reste, tu as raison. Tout est une question de choix. Il est sur qu’en France, d’une manière générale, l’initiative personnelle est peu mise en avant et récompensée. On t’incite plus à rester dans les sentiers archi-battus. Il faut au moins en avoir conscience puis se poser des questions. A la limite, rester dans ces sentiers archi-battus, ne pas sortir de sa zone de sécurité et rester en pilote automatique, pourquoi pas ? Tout le monde n’a pas l’âme d’un entrepreneur, d’un baroudeur. Tout le monde ne souhaite pas remettre en cause ces schémas et penser / faire différemment.

Mais en avoir conscience, se poser la question et choisir est le minimum.

Aucun chemin n’est meilleur qu’un autre. L’important est de choisir celui qui nous convient le mieux.

Reply
Matt@DUT SRC

Je pense qu’il faut savoir débrancher le pilote automatique qui peut s’installer rapidement dans une vie. Il faut savoir changer de cap, prendre des initiatives, voire des risques.
Pour moi l’indépendance est quelque chose d’important et si je suis en mode pilote automatique, autant l’avoir choisi !

Reply
Grégory

@Matt: On est tout à fait d’accord …

Après tout, pourquoi ne pas être en pilote automatique ?… Ça a bien des avantages. L’important, voire même l’essentiel, est d’en être conscient et de le choisir …

Reply
Leave a Reply:
commodo elit. efficitur. velit, leo fringilla Curabitur vulputate, id Phasellus