3 questions essentielles au quotidien

Une question, ça n’est pas grand chose. Juste quelques mots. Qui interpelle l’autre. Ou nous interpelle.

Pourtant, une question peut faire toute la différence. Une question peut faire la différence entre perdre son temps et être productif, entre aider son prochain et être inutile, entre être bien et être mal à l’aise. Et nous l’expérimentons tous au quotidien.

Zarko Drincic - Master Key

3 questions essentielles à utiliser tous les jours. Elles vous ouvriront bien des portes.

J’essaie de me poser, tous les jours, 3 questions. Je me les pose plusieurs par jour. Pas à des moments bien précis, comme dans un rituel. Mais selon les circonstances. Et plusieurs fois par jour. Me les poser est presque devenu un réflexe. Et elles font une réelle différence dans mon quotidien.

Laissez-moi vous les présenter …

Comment est ce que je veux me sentir ?

Dès que je sens poindre un sentiment de moins bien ou une baisse d’énergie, ou bien encore dès que je sens monter l’agacement ou un début de colère, je me pose cette question :

Comment est ce que je veux me sentir ?

A chaque fois, invariablement, la réponse est « bien ». Vous vous en seriez douté. Qui aime et veux se sentir mal ?!…

A chaque fois, invariablement, suite à cette réponse, je me rappelle qu’il ne tient qu’à moi de me sentir bien, qu’il ne tient qu’à moi de décider de ne pas laisser aux circonstances la possibilité de m’influer.

A chaque fois, invariablement, je retrouve le sourire. La colère et la déprime s’envolent, l’énergie et la bonne humeur reviennent.

Dois-je réellement faire ce que je suis en train de faire ?

Régulièrement, durant ma journée, que ce soit au tout début d’une tache ou durant une tache, je me demande :

Dois-je réellement faire ce que je suis en train de faire ?

L’intérêt de cette question est double :

  1. Faire le tri entre les actions réellement importantes et les autres. Paretto vous l’a expliqué : 20% des taches produisent 80% des bénéfices. Certes, certaines actions doivent être faites. Mais d’autres peuvent être faites. Seulement «  peuvent être faites ». Autant choisir les plus importantes et les plus bénéfiques. Et éviter ainsi de dilapider son temps et son énergie.
  2. Se concentrer sur l’essentiel d’une tache. Paretto vous l’a expliqué : 20% d’une tache produit 80% des bénéfices. Autant s’assurer que nous sommes toujours dans ces 20%, dans l’essentiel de la tache. Sinon autant la finaliser et passer à autre chose. Et, là encore, éviter ainsi de dilapider son temps et son énergie.

Pourquoi ?

Je vous ai déjà parlé de cette question, que ce soit pour définir ses projets ou réfléchir à ses objectifs.

Pourquoi ?

Cette question peut être posée à divers moments de la journée. Par exemple suite aux 2 questions ci-dessus. Que ce soit pour comprendre ce qui nous déprime et nous énerve, ou que ce soit pour mieux maîtriser son emploi du temps. Et mieux se connaître soi-même.

Nous devrions aussi poser cette question lorsque quelqu’un nous demande de l’aide, pour mieux cerner son besoin et y répondre, lorsqu’on nous

A chaque fois, l’objectif est le même : mieux cerner un problème, un besoin, une demande, … et être à même de mieux y répondre.

Conclusion

J’estime qu’il est des outils simples qui peuvent réellement nous aider. Il s’agit juste d’en avoir conscience et de s’en servir.

Je pense que les 3 questions que je vous propose sont parmi ces outils. En tout cas, elles me sont d’une réelle utilité au quotidien.

Que pensez-vous de ces 3 questions ? Y a-t-il d’autres questions qui vous semblent pertinentes et utiles ?

(Le problème, après, est de répondre correctement …)

Cet article: temps de préparation: 10 minutes, temps de rédaction: 60 minutes

Click Here to Leave a Comment Below

Justin

Je connais ces questions mais malheureusement, je ne me le pose jamais. Il m’arrive souvent de réaliser une tâche que je sais pourtant inutile. Et plutôt que de poser la question « Dois-je réellement faire ce que je suis en train de faire ? », je continue cette tâche sans me poser de… question ! On peut vraiment être bête parfois.

Merci pour ce petit rappel grâce auquel je me suis rendu compte que je pouvais améliorer la qualité d’une journée avec seulement 3 petites questions.

Une question que j’aime beaucoup (mais qui ne se pose pas forcément au quotidien) est : « Que tenteriez vous si vous étiez sûr de ne pas échouer ? » que j’ai découvert dans le livre d’Anthony Robbins :)

Reply
Sophie | Esprit de Succès

Bonne idée ces 3 questions ! Je trouve les 2 premières très intéressantes.
Pour la 3ème, je préfèrerai par contre poser la question « Pour…quoi ? » qui amène une réponse en termes de « Pour… » et qui est donc orientée vers le futur plutôt que la question « Pourquoi ? » qui amène une réponse « Parce que », plus tournée vers le passé et peut-être moins constructive…

Reply
Grégory

@Justin: Toute la difficulté est là, effectivement : le faire au quotidien. Mais comme bien souvent … Je n’ai pas vraiment d’astuce, vue qu’on ne se pose pas ces questions à un moment bien défini (heure, évènement, enchaînement d’actions …). A part, peut être, lors d’une revue quotidienne ou bi-hebdomadaire, s’interroger à ce sujet. Encore faut-il rajouter ce sujet à cette revue.

Je t’avoue qu’à la « Dois-je réellement faire ce que je suis en train de faire ? », bien que la bonne réponse soit « Non! », concrètement, je continue parfois la tache en cours … Trop fainéant (!) pour m’arrêter … Par contre, si la réponse est « non parce qu’il n’y a pas d’intérêt à en faire plus » (en gros, M. Paretto passe par là), alors là, oui, je laisse tomber !

Merci pour ta question complémentaire. Comme tu le dis, par contre, je ne pense qu’elle doive être poser au quotidien. Mais, en brainstorming d’idée/objectif/projet, alors là, c’est un must.

@Sophie: Hum … Ce n’est pas la première fois que tu apportes, sur ce blog, cette nuance. Je trouve cela intéressant (la nuance elle-même).

Par contre, je ne suis pas sur que la réponse à « pourquoi » se tourne forcément vers le passé … Affaire de sensibilité peut être …

Maintenant, il est vrai que, suite à « pourquoi? » ou à « pour quoi? », on peut apporter 2 réponses complémentaires :
1/ la raison pour laquelle cette action doit être complétée ;
2/ le résultat attendu.

Reply
Sophie | Esprit de Succès

Ah, merci de me faire remarquer que je radote ! :)
Je savais que j’avais déjà fait cette remarque mais je ne me souvenais plus que c’était chez toi. En tous cas, ça montre une certaine constance…
En fait, si j’insiste sur cette nuance, c’est parce que c’est une question que je rencontre souvent avec mes clients qui se demandent « mais pourquoi je fais ça, je ne comprends pas » et que suite à ça, ils recherchent une réponse dans le passé (un relent de psychanalyse très appréciée par la culture française), ce qui ne fait que remuer ce qui ne va pas, sans apporter de réponses constructives.
En plus, à l’oral, il y a confusion, donc j’ai pris l’habitude de le préciser…
Mais je pense aussi, comme toi, que les 2 questions peuvent être complémentaires.

Reply
Grégory

@Sophie: Toutes mes excuses, je ne voulais pas t’offenser :-( …

Intéressant ton complément d’information … Tu m’as convaincu. De façon consciente, je ne fais pas du tout le raisonnement que tu présentes lorsque je me demande « pourquoi? ». Mais, dans le feu de l’action, ou à chaud plutôt, ça n’est pas forcément sur …

Merci !

Reply
Catia95

Ta méthode montre bien que des petites actions quotidiennes toutes simples peuvent apporter de gros bénéfices.

Merci pour cet article Grégory.(en passant j’apprécie beaucoup ton blog :))

Catia

Reply
Argancel

Ah oui « Comment est ce que je veux me sentir ? », tu sais à mon boulot, il y a certaines personnes qui vont te faire la gueule chque jour quoi qu’il en soi, on ne sait pas trop pourquoi. D’autre par contre ont la banane toute la journée, pas par faiblesse, mais parce qu’il ne laissent pas les mauvaises choses les atteindre. Ils ne sont pas sur la défensive, par exemple si tu les critique gentiment ils vont en rire. Si c’est quelquechose de méchant, leur arme c’est plutôt l’indifférence, du genre tu me juges comme ça, ben « si tu veux », « c’est ton opinion ». Et c’est de ce genre de personne qui sont en général les plus charismatiques!

Reply
Grégory

@Catia: Bonjour, et merci pour ce premier commentaire sur mon blog ! C’est pour des commentaires comme le tien que je blogue et que je continue à bloguer. Merci !

Tu as tout à fait raison : par de petites choses, on peut avoir de grandes influences. Et un long voyage commence toujours par un premier pas.

@Argancel: J’ai un peu les mêmes à mon boulot ! Cela incite d’autant plus à avoir les bonnes attitudes. J’en parle un peu dans un article précédent où j’explique comme j’ai essayé de me relancer au travail. J’en parle vaguement, mais avoir une bonne attitude, être souriant, disponible et serviable, c’est important. Il y a toujours un retour supérieur à l’investissement.

Reply
Leave a Reply:
neque. Aliquam dolor dolor. consectetur id fringilla tempus facilisis Phasellus ut elit.