Sérénité : 2 missions pour accroître votre confiance en vous

Pour aborder le quotidien sereinement, la confiance en soi prend un rôle qu’il ne faut pas prendre à la légère. Une solide confiance en vous peut vous permettre de vous épanouir dans votre vie. Dans cet article, vous allez découvrir deux missions à accomplir pour accroître votre confiance en vous.

serenite-relaxation

Comment aborder la vie sereinement ?

Comment avoir plus confiance en soi ?

Comment vivre sans décalage avec ses besoins et ses envies ?

“Je n’y arriverai jamais, personne ne me soutient, j’ai tout pour être heureux et je ne le suis pas …”

Autant d’idées et de pensées négatives que vous vous êtes peut-être déjà infligées…

Et si finalement le problème est juste l’apparition d’un déficit de confiance ?

Le manque de confiance peut rapidement se combler…

Ce manque de confiance peut être problématique pour accéder à un épanouissement quotidien. Il peut être une barrière pour vivre et agir selon vos besoins et vos désirs.

Ce manque de confiance mène à ne pas se sentir à la hauteur et surtout à ne pas être soi-même. Il peut même vous mener à la mise en conflits de vos besoins avec vos aspirations et il peut altérer vos choix et vos actes.

Dans cet article, vous trouverez des éléments de réponse efficaces pour vous reprendre en main ou pour améliorer et consolider la confiance en vous.

Cet article va vous permettre d’identifier deux vecteurs de gain de confiance sur lesquels vous allez pouvoir travailler efficacement.

Résultats garantis !

Pour cela je vous lance un défi : celui d’accepter de mener deux missions à leur terme !

Première mission : identifier le mécanisme de la confiance

Quels problèmes la perte de confiance peut-elle déclencher ?

Comment la perte de confiance peut-elle s’installer ?

Répondre à ces deux questions n’est pas nécessairement utile. Car la phase de compréhension du mécanisme est une phase passive.

Mais cette compréhension reste importante pour agir, à condition de mettre en place les stratégies gagnantes. Donc pour agir !

Ces éléments de compréhensions permettre une chose très efficace pour la mise en place de ces stratégies : identification des points d’action et l’identification des pièges à éviter.

Alors il se passe quoi ?

La perte de confiance a une conséquence très néfaste sur la façon d’être. C’est cette façon d’être qui conditionne tous vos choix et tous vos agissements.

Ça revient à n’être plus vraiment soi-même. Et ne pas être soi revient à laisser émerger un décalage par rapports à ses désirs et ses besoins.

Ce sont toutes les valeurs fondamentales de l’être qui sont biaisés. Ce contexte favorise une perméabilité et une tolérance à un stress quotidien…

Pour échapper à ce stress, la fausse solution qui est généralement appliquée consiste à subir de plein fouet les soucis.

C’est là qu’on devient tolérant aux événements intolérables. C’est à partir d’ici que la rupture survient. C’est l’entrée dans une spirale qu’on pense illusoirement qu’il est difficile de ne plus subir…

Que faut-il faire ?

Le plus dur pour commencer c’est d’en avoir conscience. Prendre conscience de se trouver dans la configuration d’une telle spirale c’est déjà reprendre pied.

L’impératif est, à partir de cette prise de conscience, de mobiliser toutes ses ressources et ses capacités pour casser la boucle.

Pour commencer, il faut suivre un régime protocolaire pour se remettre en route :

  1. Faire la mise au point, une mise au clair. C’est à dire prendre la responsabilité de dire stop et de faire une pause.
  2. Identifier (sans aucune interprétation) les situations d’inconforts, et identifier ce pour quoi vous vibrez. A savoir, vos envies, vos aspirations, vos besoins.
  3. Établir des stratégies et surtout poser des garde-fous qui vous contraignent à poursuivre cette démarche positive. Les moments de transitions sont parfois compliqués, et c’est souvent un mal pour un bien. On sait ce qu’on quitte mais on ne sait pas ce qu’on trouve (dans cette démarche on trouve du positif, ça c’est sur).
  4. Ne pas hésiter à se lancer des défis et se féliciter dès que c’est possible. C’est ce qui va favoriser un regard et la construction d’une pensée positive et dynamique dans vos projets.

La confiance est un mécanisme qu’il faut entretenir, pour ne pas que la machine s’enraille. C’est par un entretien régulier qu’une certaine sérénité va pouvoir s’installer.

Les événements de la vie que vous aurez à traverser ne seront plus problématiques.

Pourquoi ?

Car par le processus de l’expérience, les événements s’intègrent à votre existence. Et par l’affirmation de votre existence, grâce à une confiance en soi dynamique, l’intégration devient équilibrée.

Deuxième mission : dynamiser les deux vecteurs de confiance

La notion de développement personnel peut paraître très égoïste. C’est un peu comme aller bien et ne penser qu’à son bien.

Mais ce qu’il faut comprendre c’est que si une personne est épanouie, elle peut être dynamisante pour son environnement. Un environnement bien souvent partagé puisque social.

Conclusion : le poids de la culpabilité à se sentir bien et entreprendre les démarches nécessaires n’a pas lieu d’exister.

Cette vision du développement personnel est un peu simpliste, je vous l’accorde…
Mais elle a l’atout majeur de mettre en valeur deux points indiscutables pour prendre confiance en soi, et pour installer la bonne dynamique.

Deux points, deux vecteurs de confiance…

Premier vecteur : développer sa confiance suppose de sortir de ses conditionnements affectifs

Pour ça, dans un premier temps, il faut pouvoir identifier si vous êtes sous l’emprise de schémas reproductifs et affectifs.

Exemple :

“J’ai choisi d’être avocat pour faire plaisir à mes parents, mais malgré ma réussite, je ne suis pas épanoui.”

Ce type de schéma altère vos choix et vos agissements. Et ça sa suppose et de faire des compromis avec un sentiment de culpabilité.

Il faut alors éviter toutes les configurations du type :

  • Sois gentil
  • Fais plaisir
  • Ne dis pas non
  • Sois comme untel
  • N’existe pas
  • Sois en retrait

Vos actes doivent en tout premier lieu vous satisfaire pleinement. Sinon ça ne peut pas fonctionner.

Second vecteur : vivre pleinement le plaisir d’être soi, libéré du regard des autres

Ce vecteur paraît comme une source puissante de motivation et d’épanouissement.

Le plaisir n’est plus seulement dû à une quelconque réussite, il réside dans l’expérimentation et ce quel que soit le résultat.

La confiance en soi active la conscience même de l’essence de l’être. Développer sa confiance revient à se sentir en accord avec soi-même pour savoir faire ses propres choix de vie, en toute liberté et en toute responsabilité.

Le travail de ce vecteur repose alors sur 7 items :

  • L’unité de soi
  • La connaissance et la découverte de soi
  • L’affirmation de soi
  • L’estime de soi
  • La capacité de résistance aux frustrations, aux échecs et aux pertes
  • La capacité à croire en son avenir
  • La symbiose de ses choix et de ses actes en parfaite harmonie avec ses valeurs de vie

Vous avez maintenant des éléments d’action pour reprendre confiance en vous et aborder la vie plus sereinement.

À vous maintenant de passer à l’action !

Cet article est un article invité rédigé par Charles de OnVousDetend.

Click Here to Leave a Comment Below

Sandie

Je pense que le plus important est de comprendre le rôle de la pensée dans la vie de tous les jours. La confiance ne se perd pas vraiment, ce sont des pensées qui se mêlent, que nous croyons parce qu’elles semblent bien réelles et qui nous empêchent de voir la confiance ou d’en faire l’expérience. Il s’agit de soustraire.
Mais bien sûr, c’est ma vision encore plus simpliste du développement personnel :)

Reply
Leave a Reply:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.