2 outils pour limiter l’impact de la baisse de votre pouvoir d’achat

Une étude nous confirme que les Français sont plutôt pessimistes sur leur pouvoir d’achat : 65% considèrent qu’il a baissé sur l’année écoulée. Et 60% estiment qu’il baissera encore l’année prochaine. Pour autant, il existe 2 outils pour anticiper et éviter tout problème lié à cette baisse du pouvoir d’achat. Infographie inside.

lutter-contre-baisse-pouvoir-achat

Le CSA a mené une enquête exclusive pour Cofidis.fr, sur les Français et le pouvoir d’achat. L’enquête a été réalisée récemment, en juillet 2013, sur un panel de 1000 personnes représentatives de la population française.

Le résultat de cette enquête est relativement mitigé, car elle nous révèle que les Français sont plutôt pessimistes :-(

Nous sommes en effet 65% à penser que notre pouvoir d’achat a diminué au cours des 12 derniers mois (+ 6 points par rapport à la courbe 2012). Surtout, nous sommes 60% à penser que cette baisse va s’accentuer en 2014.

Sans surprise, ce sont chez les classes dites moyennes que l’on retrouve plus majoritairement ces sentiments, tels les ouvriers (48%), les employés (36%) et les retraités (29%).

Cependant, tout n’est pas noir. Car, pour l’année prochaine, la moitié des français prévoient un projet nécessitant des dépenses importantes, tel un mariage, un voyage, l’achat d’une maison, …

Malgré cette morosité, avoir des projets et se projeter est une excellente chose. Cela permet essentiellement de ne se laisser submerger par cette morosité et, surtout, de continuer à évoluer. Et pour cela, un voyage, un mariage ou devenir propriétaire, chacun selon ses propres modalités, sont bien placés pour nous faire évoluer.

Utiliser un crédit ?

Mais si le pouvoir d’achat baisse, la question suivante se pose : comment faire pour financer ces projets ? Ou, plus globalement, comment faire pour gérer des dépenses imprévues ?

Là encore, l’infographie proposée pour illustrer cette enquête amène des réponses …

Une des solutions envisagées est de solliciter un crédit auprès d’une société spécialisé comme, par exemple, Cofidis.

Moins de 10 % des français envisagent cette solution. Personnellement, je trouve cette statistique encourageante.

Le crédit en soi n’est pas mauvais. Ce qui peut être mauvais, c’est l’usage qu’on fait de ce crédit.

Oui mais à bon escient

Idéalement, un crédit ne devrait être utilisé que pour son effet levier, c’est à dire la possibilité qu’il vous offre d’augmenter votre capacité d’investissement.

Le mot le plus important est « investissement ». En d’autres termes, un crédit ne devrait être utilisé que pour investir.

Concrètement, ce sont par exemple l’achat de votre maison principale, un achat immobilier à but locatif ou la création d’une entreprise : tous ces éléments, à terme, vous feront faire des économies substantielles ou vous créeront des revenus alternatifs.

Idéalement, un crédit ne devrait pas être utilisé pour faire face une dépense imprévue ou, surtout, faire un achat plaisir.

Bon, selon sa situation, ce n’est pas toujours possible. Et il peut s’avérer inévitable d’envisager une telle solution et de se tourner, par exemple, vers un prêt personnel Cofidis. Mon conseil est alors d’avoir un usage modéré et intelligent de cette forme de financement.

Comment gérer des dépenses imprévues ?

D’autant que d’autres moyens sont à votre disposition pour gérer ce genre de dépenses ou prévoir un projet important.

Retour à l’infographie …

Elle nous apprend que 80 % des français ont recours à 2 autres méthodes :

  • changer leurs habitudes de consommation ;
  • puiser dans leur épargne personnelle.

Ces 2 méthodes semblent relativement évidentes. Encore faut-il pouvoir se les permettre …

Sans surprise, on retrouve majoritairement le changement de ses habitudes de consommation chez ceux qui ont le moins de possibilité d’avoir une épargne personnelle : les français au pouvoir d’achat faible à hauteur de 41%. Contre 24% chez les français au pouvoir d’achat élevé. Toujours sans surprise, ce sont les dépenses les moins nécessaires qui sont diminuées en priorité, tels les vêtements ou les loisirs.

À l’inverse, ce sont les français au pouvoir d’achat élevé qui se retournent majoritairement vers leur épargne personnelle, à hauteur de 64 %. La proportion retombe à 39 % chez les français au pouvoir d’achat plus faible.

Pour autant, comme je l’ai écrit plus haut, cela représente un total de 80 % des français qui se retournent vers ces 2 solutions. Je trouve ce chiffre encourageant, car j’imagine que cela signifie que 80 % des français ont 2 bonnes habitudes en termes de finances personnelles. Et si vous êtes actuellement dans une solution difficile, cela veut dire qu’en utilisant ces 2 habitudes, vous pourriez ne plus vous retrouver dans une telle situation.

Mais quelles sont ces 2 habitudes ?

2 habitudes essentielles pour des finances personnelles saines

Ce sont :

  • avoir un budget prévisionnel ;
  • disposer et alimenter un fond de précaution.

Ce sont 2 outils essentiels pour avoir une gestion financière saine et éviter la majeure partie des problèmes d’ordre financier que vous pourriez rencontrer.

Pour changer vos habitudes de dépenses mensuelles, vous pouvez en effet naviguer à vue. Et décider, au cas par cas, en faisant vos courses que tel achat est excessif et remplacer tel produit par tel autre.

Mais si vous avez un budget prévisionnel, vous connaissez déjà les grandes postes de dépense et vous savez déjà où vous pouvez taper. Par exemple, vous pouvez choisir de diminuer votre poste essence en limitant les trajets, en conduisant plus doucement ou en privilégient les transports en commun.

Encore mieux : avec un budget prévisionnel, vous pouvez anticiper et modifier vos habitude de consommation et de dépenses avant même que ne survienne tout problème. Vous pouvez ainsi réorienter vos dépenses vers des postes plus significatifs pour vous ou … alimenter un fond de précaution.

Tout se recoupe ! On tombe sur la 2° habitude financière essentielle : disposer et alimenter un fond de précaution.

Le fond de précaution est un formidable outil.

Vous pourrez absorber toute dépense imprévue et être ainsi nettement plus serein. Plus que cela, lorsque votre fond de précaution devient trop important, vous pouvez assigner ces sommes à d’autres usages, tel que prévoir beaucoup de vos projets ou envisager des investissements (une assurance-vie, un PEA).

Conclusion

En définitive, même si votre pouvoir d’achat baisse, vous avez malgré tout la possibilité d’anticiper certains désagréments liés à cette baisse. Et pour cela, 2 outils sont à votre disposition :

  • un budget prévisionnel;
  • un fond de précaution.

Après avoir lu cet article, courrez faire le nécessaire pour les créer ou les entretenir :-)

Voici l’infographie qui a inspiré cet article. Si vous avez des commentaires ou des suggestions à faire, n’hésitez pas : les commentaires sont là pour ça !

infographie-pouvoir-achat-2013-2014

Venez visiter Vivre Riche, mon blog dédié à vos finances personnelles.

Parce qu’il vaut mieux Vivre Riche que mourir riche :-)

Click Here to Leave a Comment Below

Jordane de MonBonPote

L’avantage avec les crises, c’est qu’elles nous permettent de faire émerger de nouvelles idées pour s’y adapter et peut être même aussi pouvoir améliorer son quotidien.
C’est dans nos gênes de nous adapter et d’évoluer, dommage que beaucoup de personnes marchent plutôt avec le baton plutôt que la carotte !
En tout cas tu fais bien de faire un article de la sorte pour montrer que tout n’est pas noir, si on se centre sur la solution et non le problème :)

Reply
Cristina

C’est bien le fait de trouver des solutions pour baisser le pouvoir d’achat et sutout chez les français.Bref, très bon article, bien écrit et détaillé. C’est de plus en plus rare les personnes qui prennent le temps d’expliquer clairement leurs idées.

Reply
Stéphane

Très intéressant l’idée de contracter un crédit pour investir. Il est évident que pour garantir notre pouvoir d’achat quoi qu’il arrive, on doit tous devenir à terme économiquement indépendant. Quand les français auront compris cela il y a aura un net boulversement des habitudes.

Reply
Thomas

Moi qui est un petit salaire, ce genre d’article me fait me sentir mieux et m’aidera peut-être à boucler les fins de mois plus sereinement !

Reply
Zakia

Des conseils qui méritent de s’y attarder. Cet article vient dans le moment adéquat comme nous touchons la fin de l’année 2013 et nous nous préparons pour l’année 2014. Il faut donc revoir son plan.

Reply
Franck

Bonjour,

C’est une infographie intéressante en effet, personnellement je trouve que le pouvoir d’achat diminue trop rapidement à mon goût et cela ne présage rien de bon pour 2014…
Les solutions que vous mettez en avant dans cet article peuvent être efficaces, seulement pas forcément mise en place facilement pour tout le monde, il faut savoir que beaucoup de personnes vivent sur leurs découverts, et n’ont pas assez de revenus pour remplir leurs fond de précautions!

Merci en tout cas pour cet article!

Reply
Leave a Reply:
dapibus risus. lectus at massa porta. elit. venenatis, Aliquam luctus id risus