L’art de la conversation en 7 points

La conversation est une activité particulièrement présente et plutôt simple.

Particulièrement présente car nous la pratiquons à de nombreuses reprises tous les jours : avec sa compagne ou son compagnon, avec des amis, avec la famille, avec des collègues de travail, avec des clients, … Ou même avec des inconnus.

Plutôt simple car il suffit de parler et de se taire.

Parfois le sujet de la conversation est banal : les activités du week-end, le dernier blockbuster, les caprices de la météo, … Parfois, bien au contraire, la conversation est importante. Voire très importante. Elle peut alors alors prendre un autre nom : discussion, négociation, …

L’art de la conversation prend alors toute son importance. Et converser ne se limite plus à seulement parler et se taire. La conversation présente en fait une 3° facette bien plus cruciale et compliquée. Voyez-vous laquelle ?…

Cet article est ma contribution au festival « À la croisée des blogs» proposé par le site de la communauté de développement personnel. Ce mois-ci, l’organisateur est Romain, du blog Décodeur du non-verbal. Il nous propose le thème « La communication et l’art d’interagir ». J’essaie d’y apporter ma modeste contribution …

L'art de la conversation en 7 points.

L’art de la conversation en 7 points.

Cette 3° facette est vitale car c’est elle qui permet d’avoir une conversation réellement productive. Qu’elle qu’en soit l’objet de départ : discuter de ses journées respectives avec sa compagne ou son compagnon, décrocher un gros contrat avec un nouveau client ou mettre à plat la demande son chef. Dans le cadre de la conversation, il est possible de déceler les enjeux sous-jacents de la demande son chef, de comprendre le besoin exact de ce nouveau client ou de percevoir l’inquiétude de son partenaire de vie.

Cette 3° facette, c’est l’écoute. Il ne s’agit pas de simplement entendre, comme on entend le bourdonnement de la circulation environnante. Il s’agit de véritablement écouter, ce qui implique de l’attention. Outre les intérêts pratiques et fructueux d’une bonne écoute, dont je viens de parler, il y a 2 autres aspects à considérer :

  • votre interlocuteur pourrait se rendre compte que vous n’êtes pas suffisamment, voire pas du tout, attentif. Et cela pourrait détériorer longuement vos rapports ;
  • être attentif est une forme de respect. Vous envoyez un message fort : « je suis pleinement là pour toi et uniquement pour toi ».

Cet article ne saurait vous révéler tous les bonnes pratiques d’une bonne écoute : il faudrait un livre complet. Mais vous y trouverez 7 points de départ sur lesquels travailler avant d’aller plus loin.

Cesser toutes activités

Le principe est le même que pour l’exécution efficace d’une tache : vous serez d’autant plus efficace et concentré que vous vous ne ferez qu’une seule chose à la fois.

Cessez donc ce que vous étiez en train de faire. Certes, certaines activités ne nécessitent pas une grande part d’attention : il pourrait donc être possible de faire les 2 choses à la fois. Mais la conversation ne saurait être sérieuse et approfondie. Et enfin quel manque de respect.

Non, cesser toute activité est le minimum. Si cela n’est pas possible, reportez la conversation de quelques minutes ou de quelques heures,, en prenant rendez-vous, par exemple. Et regarder son interlocuteur n’est pas mal non plus …

Être présent

Par être présent, j’entends :

  • ne pas se laisser distraire par les mouvements et sons environnants ;
  • ne pas laisser vos pensées vous entraîner ailleurs que ici et maintenant.

Pour écouter avec attention, il vous faut donc tout d’abord supprimer tout qui peut perturber votre attention : télévision, téléphone, internet, …

Ensuite, si vous pensez au texte que vous tapiez pour votre blog (tiens, je me reconnais dans cet exemple …) ou à la course sur le retour à la maison, vous gâchez tous vos efforts.

Attendre la fin des phrases

Déjà, parler avant que votre interlocuteur n’ait fini sa phrase, ça n’est pas poli. Avec papa ou maman, ça peut le faire. Mais dans une situation professionnelle, nettement moins. Et votre partenaire de vie pourrait aussi se lasser au bout d’un moment (tiens, je me reconnais encore dans cet exemple …).

Ensuite, la phrase entamée, dont vous subodorez le sens, peut prendre un sens différent avec le mot final, ou l’intonation.

Enfin, vous ne savez pas si la personne qui vous parle ne veut pas enchaîner avec une idée importante : en l’interrompant, vous pouvez définitivement lui faire perdre le fil.

Ne pas faire de supposition

En faisant une quelconque supposition sur ce que votre interlocuteur va vous demander ou vous révéler, sur son problème ou son besoin, vous risquez de passer à coté du message, ou de vous méprendre totalement.

Comprendre réellement ce qu’exprime son interlocuteur n’est pas toujours simple.

Mais si, dès le départ, vous rajoutez une couche supplémentaire, le risque est démultiplié.

Rechercher les sous-titres

Vous le savez sûrement : exprimer le plus clairement et fidèlement possible notre pensée n’est pas toujours facile. Quel mot ou quelle expression utiliser ?… Et personne n’est à l’abri d’une maladresse.

En tant que destinataire du message, ne l’oubliez pas. Et servez-vous en ! Le message ne passe pas que par les mots : l’attitude, l’expression, le ton, le regard, … sont autant de vecteurs d’expression et communication. Soyez aussi attentifs à ces éléments !

L’erreur d’interprétation ne sera pas complètement supprimée mais grandement évitée.

Reformuler

Une bonne pratique pour éviter les erreurs d’interprétation et autre supposition est de reformuler, avec vos mots, ce qu’on vient de vous dire.

Vous vous mettrez ainsi d’accord sur le vocabulaire, autre source d’erreur, et le champs lexical (celui-là, je voulais le placer). Et les idées, messages et informations seront d’autant mieux compris et assimilés.

Poser des questions

La question est un outil important de la conversation. Que ce soit pour clarifier, en plus  de la reformulation, demander des éléments complémentaires ou valider votre compréhension.

Un conseil de lecture

Le seul livre que je vous conseillerai de lire va au delà de la simple conversation. Et il vous propose la bagatelle de 50 bonnes pratiques ! Il n’en reste pas moins qu’il est vraiment très simple à lire et à relire.

Je pense qu’il s’agit là d’un livre de base que vous devriez lire. Même si ça n’est pas une garantie tout risque, sa popularité et ses ventes sur les dernières décennies ne vont pas me contredire.

Ce livre, c’est Comment se faire des amis de Dale Carnegie. Il date de . Même si certains passages ou certaines tournures accusent le coup, je ne saurais que trop vous conseiller sa lecture.

Conclusion

Les échanges sociaux sont bien trop importants et vitaux pour être ignorés. Et il n’en reste pas moins, en cet ère numérique, que la conversation en vis-à-vis reste majoritaire (ça marche aussi avec Skype). Il serait donc dommage et dommageable de ne pas se soucier de bien converser, que ce soit pour soi-même mais aussi pour l’autre.

Ces 7 points d’attention et méthodes ne feront pas de vous un expert, mais votre interlocuteur devrait apprécier :

  • cessez toutes activités ;
  • soyez présent ;
  • attendez la fin des phrases ;
  • ne faites pas de supposition ;
  • recherchez les sous-titres ;
  • reformulez ;
  • posez des questions.

Comme bien souvent, vous n’avez plus qu’à pratiquer :-) !

D’ailleurs, il existe une 8° pratique qui, certes, vous aidera dans vos conversations, mais aussi dans bien d’autres compartiments de votre vie. Je vous en dis plus dans le prochaine article …

Qu’en pensez-vous ? Quels sont vos conseils pour améliorer sa capacité d’écoute durant une attention ? Quels sont vos conseils pour avoir une bonne conversation ? Conseillez-vous des lectures ?

Cet article a été écrit le 12 septembre dans le RER depuis Paris dans le RER. Préparation: 10 minutes. Rédaction: 80 minutes.

Creative Commons License photo credit: eye2eye

Click Here to Leave a Comment Below

guillaume

Cette 3ème facette est très importante et est souvent oubliée. Beaucoup de gens la recherche lorsqu’ils communiquent avec vous, ils recherchent parfois simplement

Lorsqu’on à une “oreille”, les gens le percoivent, et ils vous racontent alors toute chose qu’ils ne raconteraient pas desuite à n’importe qui, simplement parce qu’au final, peu de gens on réellement une “oreille” à porter aux gens lorsqu’on discute.

Reply
Vivien

Tout à fait d’accord avec le commentaire de Guillaume. Avoir une oreille est un luxe que peu de gens ont, qui vous raconterons ce qu’il ont à vous dire mais en retour ne vous donnerons rien.

Reply
Grégory

@Guillaume: Comme tu le dis : “très importante et est souvent oubliée” … C’est donc pour cela que j’en parle.

Plus que très importante, elle me semble primordiale. Et ce que tu en dis confirme mon point de vue : si la personne se sent écouter, elle se confiera d’autant plus.

Merci !

@Vivien: Oui, trop parler de soi est un risque.

Reply
Fab

Alors comment déceler les interlocuteurs qui ne vous écoutent pas vraiment ?
Pour ne paraitre de rien, regardez-le doit dans les yeux et hochez légèrement la tête de haut en bas de temps en temps… ;)

Reply
Grégory

@Fab: C’est une astuce que tu as éprouvé personnellement ?…

Reply
Romain

Salut Gregory,

Merci pour cette très belle contribution à la croisée des blogs. Pour rebondir, sur le commentaire de Fab, c’est du testé et approuvé. Faire “oui” de la tête est une invitation subtile à encourager son interlocuteur à continuer à parler. Si tu as déjà eu l’occasion d’être interviewer par les médias, c’est la première chose que tu remarques. La personne qui te pose les questions hoche ensuite de la tête lorsque tu réponds. Magique. Tu as envie de continuer à parler :)

Reply
Grégory

@Romain: Hello !

Merci à toi de m’avoir sollicité !

Je n’ai jamais eu l’occasion d’être interviewé par des médias quelconques :-) mais je prend note de l’astuce. Je vais tester.

Reply
DavidB_CapGuadeloupe.fr

Les femmes sont génétiquement plus douées que nous pour ça… ;-)

Reply
Grégory

@DavidB: Ouh ! Ces préjugés !…

Je ne suis pas complètement sur qu’elles sont simplement plus douées. Mais je pense, d’après ma petite estimation, qu’elles sont plus tentées par apporter leur aide, même si elle n’est pas clairement demandée. Contrairement à ces gros persos de bonshommes …

Mais ce n’est que pauvre interprétation basée sur ma petite expérience. Et en aucun cas une généralité.

PS: tu veux pas profiter de KeywordLuv et t’enregistrer comme DavidB @CapGuadeloupe ?

Reply
Bonjean Raphaël

Sans faire de généralité, les personnes parlent beaucoup mais écoute peu ce qui fait que ça ne devient plus un échange mais juste un déballage de chacun malheureusement! Et puis parfois on a tellement envie de dire quelque chose que l’on oublie ce qu’on est en train de nous parler à l’instant.

Reply
Grégory

@Raphaël: Avoir tellement envie de parler qu’on en oublie l’autre … Dans certains cas, c’est complètement vrai :-) Tant que ce n’est pas le cas général, c’est déjà pas mal :-)

Reply
Bonjean Raphaël

Oui heureusement on est pas tous égocentrique qui ne parle que d’eux, on l’est juste tous un peu parfois et c’est normal =D Enfin je crois … ^^

Reply
romain@loi duflot

ce sont les critères principaux utilisés par un bon commercial pour vendre un produit.comme quoi on est pas très loin des professionnels de la vente quand on discute le bout de gras avec son boucher ou son boulanger.

Reply
romain@La loi duflot

Savoir bien converser est essentiel dans la plupart des métiers, même sans avoir de relation client / vente.
C’est un avantage pour progresser professionnellement et/ou un désavantage pour ceux qui ne maitrisent pas ces codes.

Reply
Grégory

@Raphaël: Il faut savoir l’être un peu de toute façon. Accessoirement, ça fait du bien :-)

@romain: Ah oui ! Si le commercial agit ainsi, c’est que cela a de bons résultats.

Bon, le commercial fait cela de façon systèmatique et avec un but bien ciblé. u quotidien, on peut être plus cool :-)

Cela étant, au quotidien dans le domaine privé, ou dans le domaine privé sans être commercial, maitriser un tant soit peu ces techniques est un réel avantage …

Reply
Leave a Reply:

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.