Comment ne plus rien oublier : la technique simple

Vous venez de vous coucher et, tout doucement, Morphée vient vous chercher. Avant de se sombrer complètement, votre esprit vagabonde. Diverses pensées vous viennent à l’esprit quand vous avez une idée. Une bonne idée. Et là, bien qu’entre deux eaux, vous vous dites ‘yes !’ … Mais, le lendemain matin, il ne subsiste de cette bonne idée qu’un vague souvenir …

De nouveau un article autour d’un conseil ou d’une méthode simple. Mais l’organisation et la productivité ne sont rien d’autres que la mise en œuvre de techniques simples. Revisitons ensemble nos fondamentaux.

Comment ne plus rien oublier ? Notez immédiatement !

Autre situation : vous vaquez à vos occupations professionnelles (réunion, conférence téléphonique, …) quand, alors que ça n’a rien à voir, vous vous rappelez que vous devez envoyer un petit message pour l’anniversaire d’une personne proche. ‘OK, à faire tout à l’heure, ça ne me prendra que 2 minutes‘. Puis, sur le chemin du retour, vous vous dites ‘je ne devais pas faire quelque chose ?‘. A moins que vous ne l’ayez complètement oublié …

Ne me dites pas que ça ne vous rappelle rien, je ne vous croirais pas ! En tout cas, j’ai vécu ce genre de situations je ne sais combien de fois.

La mémoire humaine

Le cerveau humain est doué pour beaucoup de choses. Mais il n’est pas très doué pour mémoriser rapidement beaucoup de choses et se les rappeler à la demande.

Il faut essentiellement distinguer 2 types de mémoire. La mémoire dont nous parlons ici est la mémoire à court terme. On admet communément qu’elle nous permet de mémoriser de 5 à 9 éléments. Notre mémoire à long terme est mieux dotée et nous permet de nous rappeler beaucoup plus de choses mais le passage d’un élément entre ces 2 mémoires est long.

A trop vouloir mémoriser de petites bricoles à faire, ou de petites informations, on en oublie forcément. Et on a aussi du mal à se les rappeler quand on en a besoin.

Cela est d’autant plus dommage quand on parle d’idées, de bonnes idées, ou de solutions à des problèmes. Aussitôt imaginées, aussitôt oubliées ? Ah non !

La solution ?

La solution est simple : notez immédiatement tout ce à quoi vous pensez.

N’attendez pas. Comment procéder ? C’est simple :

  • évaluez ce à quoi vous venez de penser : est-il intéressant de s’en rappeler et donc de le noter ?
  • formulez de façon à bien comprendre à la relecture ;
  • écrivez.

Tout cela ne vous prendra que 30 secondes maximum mais vous évitera bien des frustrations.

Mais sur quoi noter ? Quel outil de de capture (appelons-le comme ça) utiliser ? Il semble évident que si vous prenez vos notes sur un post-it ou une feuille volante, cela a de fortes chances de finir comme si vous essayez de vous en rappeler : vous allez les perdre.

Le sujet ici n’est pas de discuter du support à utiliser, ni de débattre des qualités et inconvénients de chaque type de support. Chacun utilisera l’outil qui lui conviendra le mieux. Cependant, l’outil, le support, de capture que vous utiliserez doit avoir quelques caractéristiques :

  • il doit être portable : vous devez l’avoir toujours avec vous ;
  • il doit être simple à utiliser : vous ne devez pas avoir à réfléchir pour l’utiliser, et donc perdre de temps ;
  • il doit permettre une prise de notes rapide : les systèmes de reconnaissance d’écriture sont parfois facétieux ;
  • vous devez pouvoir ne pas le perdre.

Bon, OK, avec un peu d’effort, tout peut se perdre. Mais un post-it ou une feuille volante se perdent bien plus facilement qu’un carnet, qu’un PDA, qu’un agenda papier, qu’un smartphone, qu’un hPDA, qu’une pile de 5 fiches cartonnées, … Enfin vous voyez l’idée. Et puis, il faut aussi que vous y mettiez un peu du votre, quand même !

Et après ?

Votre outil de capture est un peu comme une extension de votre mémoire. Une extension disponible à volonté, et peu couteuse. Mais une extension de votre mémoire à courte terme seulement. En d’autres termes, ce que vous avez saisi sur votre outil de capture ne doit pas y rester indéfiniment et doit être transféré ailleurs.

Si vous ne le faites pas, toutes vos saisies vont s’empiler et les dernières idées notées noieront les précédentes. Que vous finirez par ne pas utiliser. Un peu comme si vous les aviez oubliées … Dommage, non ?

Cela signifie que vous devez avoir d’autres supports. Des extensions de votre mémoire à long terme, cette fois-ci. Quelques exemples :

  • une liste des projets en cours ;
  • une liste des taches à faire, voire une liste par projet ;
  • une liste des idées/projets à considérer plus tard ;
  • une liste des rendez-vous (un agenda, quoi) ;
  • une liste des informations de vos contacts (euh … un répertoire téléphonique ?) ;
  • des listes diverses et variées : liste de courses, liste de livres à lire, …

Procédez comme cela :

  • inspectez régulièrement votre outil de capture, idéalement une fois par jour ;
  • lisez chaque saisie et transférez-la sur la liste qui convient selon son type : une tache dans la liste des taches, … ;

Là encore, nous n’allons pas discuter des différents moyens disponibles et mis à votre disposition. Il y en a beaucoup et pour tous les gouts. Nous en reparlerons plus tard.

Conclusion

Oui, je sais, encore un conseil très simple. On revoit un petit peu nos basiques.

Notez immédiatement tout ce à quoi vous pensez. Pour cela, ayez toujours sur vous votre outil de capture.

Un conseil simple, donc, mais qui implique aussi, nous venons de la voir, un minimum d’organisation et d’outils. Mais nous y reviendrons plus tard.

Pratiquez-vous, vous aussi, la saisie instantanée ? Si oui, quels outils utilisez-vous ? Avez-vous d’autres conseils simples ?

Click Here to Leave a Comment Below