Comment je me suis remise au boulot en 3 mois

Depuis juin 2010, j’ai une épine dans le pied: je dois écrire, rendre et présenter un mémoire de fin de formation en sophrologie. Dès le début je suis partie bille en tête, j’ai très vite fait un plan et écrit quelques pages et puis…

D’accord j’ai une bonne excuse: j’ai déménagé, changé de vie (et de pays), mon énergie était ailleurs, j’avais d’autres priorités, etc. Sauf que… des mois plus tard, en décembre 2012, il a bien fallu que je réalise que non seulement je n’ai avancé que de quelques lignes, une virgule par-ci par-là,  mais qu’en plus je n’ai pas fait grand-chose à côté. Depuis plus de deux ans, je me laisse vivre et je m’entretiens de l’idée que « je fais des trucs« . Oui mais quoi? Bah non, pas grand-chose.

Ceci est un article invité, rédigé par Christine du blog Energie de vie.

se-remettre-au-boulot
Décembre 2012, je décide donc de retrousser les manches et dans mes objectifs pour 2013 j’inscris de m’y remettre (sérieusement)

Définir mon objectif

Ce qui me paraissait important en juin 2010, à la fin de ma formation, l’était-il encore en décembre 2012… En 2½ ans les circonstances ou les priorités peuvent changer.

Quelques questions essentielles demandent alors réponse: Ai-je vraiment envie de terminer ce mémoire? Qu’est-ce que cela va changer? Après tout j’ai déjà mon diplôme, cette validation supplémentaire est-elle vraiment nécessaire? Qu’est-ce qui se passera si je le termine? Et surtout qu’est-ce qui se passera si je ne le termine pas?

Je renonce? Non, je continue et je termine. Reste à définir un objectif précis, qui soit SMART (Spécifique, Mesurable, Acceptable, Réaliste et Temporel).

Cela donne dans mon cas: « Terminer la rédaction de mon mémoire de fin de formation pour la fin du mois d’avril 2013, de façon à le présenter en septembre ». Comment? En travaillant au minimum 1 heure par jour avec la technique Pomodoro, 5 jours par semaine, par période de 30 jours.

Faire une liste hebdomadaire

La liste hebdomadaire, c’est pour moi le minimum de l’organisation. Chaque semaine, en principe le dimanche soir, je prépare ma liste de choses à faire pendant la semaine à venir. J’y mets tout en vrac: tout ce que je me propose de réaliser, du personnel au professionnel, et je barre (en couleurs, svp!) au fur et à mesure des tâches accomplies.

Jusqu’à décembre dernier, j’y inscrivais donc régulièrement « mémoire », soit comme un rappel de ce que je ne faisais pas, ou bien que je notais comme « Fait », dès l’instant où j’avais changé une virgule dans un fichier pendant la semaine. J’entretenais ainsi l’illusion que « oui, oui, je continue à écrire, ça avance« .

En décembre j’ai donc décidé d’intégrer dans ma liste « Mémoire 1 2 3 4 5 », de façon à mesurer plus précisément les jours où je travaillais sur ce projet.

La méthode des 30 jours

Quand on s’engage dans un projet, il faut de la persistance. Pour parvenir au sommet de la montagne (c’est l’image que j’avais de ce mémoire en décembre!), il faut marcher un peu tous les jours.

La méthode des 30 jours a été mise au point par Steve Pavlina sur le modèle de la période d’essai (30 jours pour se rendre compte si un produit nous convient ou non).

Les avantages de la méthode des 30 jours:

  • s’engager sur une promesse pendant une période relativement courte permet de « bluffer » notre inconscient réticent. Si je m’étais dit « je travaille tous les jours jusqu’à ce que j’ai terminé ce fichu mémoire« , cela prenait dès le départ des allures de travaux forcés, le bagne à Cayenne. Par contre avec « ok, je travaille dessus pendant 30 jours et après je verrai bien si ça vaut le coup de continuer« , c’était beaucoup plus souple et acceptable.
  • 30 jours, c’est suffisant pour acquérir une nouvelle habitude. Si elle nous convient, on continue, si non on laisse tomber. À la fin des 1ers 30 jours, satisfaite des résultats, j’ai donc continué.
  • c’est suffisant également pour obtenir des résultats probants et cela vient renforcer notre motivation. Dans mon cas, travailler 30 jours sur mon mémoire m’a permis de mesurer le résultat du travail accompli. À la fin de la 1re période, j’avais quasiment terminé la 1re partie (la plus essentielle), à la fin de la 2è période, la 2e partie était terminée.
  • se lancer un défi de 30 jours (quel qu’il soit), c’est également engranger les succès au fil des jours. À la fin de la période, on a réussi quelque chose, on a 30 jours  de succès derrière soi, et c’est autant de gagner pour la confiance en soi.

Un conseil: 30 jours, ça ne commence pas forcément le 1er du mois prochain. Commencez maintenant!

La technique Pomodoro

Cette technique de gestion du temps mise au point par Francisco Cirillo est très simple:

  1. choisir une tâche à effectuer
  2. régler un minuteur sur 25 minutes (à l’origine c’était un minuteur en forme de tomate, « pomodoro » en italien)
  3. se concentrer uniquement sur cette tâche pendant ces 25 minutes (et donc éliminer toute autre source de distraction)
  4. à la fin des 25 minutes, s’accorder 5 minutes de pause (et une pause un peu plus longue toutes les 4 « tomates »)

Tous les jours je me suis donc obligée à « manger » mes 2 tomates minimum, 3 ou 4 les lundis et mardis où j’ai plus de temps libre. Cette technique m’a beaucoup aidé sur 2 points:

  • d’abord rester concentrée sur une seule tâche à la fois et éviter la dispersion. Avant j’avais bien sûr l’impression de travailler sur ce mémoire, mais en toute honnêteté, dès que j’ouvrais un fichier, je trouvais très vite une autre bricole à faire. Avec cette technique, je me suis obligée en quelque sorte à ne faire que cela, au moins 2 fois 25 minutes par jour (sans vérifier mes emails pendant ces 25 min, ni en profiter pour aller me préparer un thé, etc).
  • ensuite avoir un contrôle réel sur le temps passé et les tâches accomplies, au lieu de me bercer de l’illusion que « oui, oui, aujourd’hui j’ai travaillé« , alors qu’en fait je n’avais fait que batifoler 10 min par-ci, 10 min par-là.

Un conseil: même s’il m’arrivait de « sécher » au cours de ces 25 petites minutes, je restais devant mon clavier, quitte à ne rien faire. Respectez la consigne!

Le bilan

Victoire! Au moment où j’écris cet article, il me reste environ une dizaine de jours pour terminer la rédaction, ce sera fait. Ensuite il y aura probablement des ajustements ou des compléments d’information à apporter en fonction du feed-back de mes enseignants. Mais globalement c’est fait!

Et j’en ressens une sensation de complétude et de satisfaction d’être venue à bout de ce qui avait fini par me paraître insurmontable. C’est pour moi l’illustration de l’efficacité des petits pas (1h par jour, ce n’était pas grand-chose!). Même si on ne fait qu’un petit pas, si on en fait un par jour, on avance !

christine-energie-de-vieÀ propos de l’auteur : Christine

Sophrologue, passionnée de méditation et de développement personnel, Christine est la créatrice du blog Energie-de-vie.fr, où elle partage ses conseils (de bon sens) et expériences pour être bien dans sa tête et bien dans son corps, et cheminer vers une vie plus équilibrée au quotidien.

Click Here to Leave a Comment Below

Mikie

Sympa la technique! Mais j’ai peur de réagir de la manière totalement à l’opposé : me sentir stressée par le fait de devoir restée concentrée 25 minutes sur une seule et même chose et finalement rester 25 minutes à ne rien faire à part perdre du temps =)

Reply
Christine

Pourquoi avoir peur? Essaie et tu verras si cela te convient ou non. Au pire tu auras perdu 25 minutes…

Reply
Audrey Bouté

Bonjour et merci pour le partage. il me faut adopter la technique du « pomodoro » car je me retrouve souvent à faire des trucs que j’ai pas prévu et cela me retarde dans mes buts.

Reply
    Christine

    C’est ce que j’aime avec cette technique: s’obliger à rester concentré sur une seule tâche même pour un temps relativement court, cela évite la dispersion.

    Reply
Sté@moins depenser

Salut, je vous remercie pour l’article, vous avez raison, il faut avoir un objectif précis. et pour la méthode, je pense qu’elle est suffisante, espérant qu’elle marche pour moi.
bon courage!

Reply
    Christine

    Définir son objectif et savoir où l’on veut aller, c’est en effet le premier pas indispensable vers la réussite. Sans cela on est en risque de se perdre ou de s’illusionner sur ce que l’on accomplit vraiment.

    Reply
Mathilde

Rester concentré sur une seule et même tâche pendant un temps défini me met la pression et m’empêche de faire mon travail au mieux. Surtout quand on est pas seul dans le même bureau, il y a toujours de quoi se disperser. Mais la méthode est la bonne quand même, faut juste prendre l’habitude et surtout le faire.

Reply
    Christine@relaxation

    Bonjour Mathilde,

    Dans le même temps 25 minutes sur une seule tâche, avec des pauses de 5min, ce n’est pas très long…

    Dans mon cas, cela m’a justement aidé à lutter contre la dispersion et la tentation de répondre aux sollicitations diverses (vérifier mes mails, aller me faire un thé…)

    Reply
Maxime

Je suis un peu dans le même cas que toi actuellement mais personnellement j’ai un peu du mal à croire que cette technique marchera. Après qui je tente rien n’a rien :)

Reply
    Christine@relaxation

    Bonjour Maxime,

    Il faut essayer pendant quelques temps, 30 jours par exemple. Après vous verrez bien si « ça marche pour vous » et si ça vous convient.
    Au bout de 30 jours, si vous estimez que vous n’avez pas les resultats escomptés, que ça vous stresse, etc… laissez tomber et trouvez une autre méthode. Ce n’est pas la seule technique d’organisation du temps et de productivité.

    Moi aussi quand j’ai découvert la technique Pomodoro, je doutais que cela puisse être efficace, ça me paraissait trop simple. Il n’y a qu’en essayant qu’on peut se faire une opinion.

    L’essentiel est d’être honnête avec soi-même et d’appliquer la technique sur un temps suffisamment long pour avoir des résultats probants.

    Reply
Erline

La technique Pomodoro je la connaissais mais pas celle des 30 jours qui me conviendrai le mieux je pense. M’arrêter toutes les 25 minutes pourrait me faire perdre le fil et faire entrer pas mal d’imprévus. En tout cas merci pour ce partage que j’apprécie beaucoup! je vous mets dans mes favoris!

Reply
    Christine@relaxation

    Bonjour Erline,

    la méthode des 30 jours est en effet très puissante pour adopter une nouvelle habitude ou pour « relancer la machine ».
    Pour la technique Pomodoro, il faut tester. Cela peut sembler un peu court en temps, on peut parfois avoir l’impression de hacher le travail menu menu, mais en fait d’après mon expérience, ces 25 minutes correspondent vraiment à un palier de concentration.
    Il ne s’agit évidemment pas de s’arrêter au milieu d’une phrase ou d’une tâche, mais faire une pause est très bénéfique, et je n’ai jamais eu l’impression de perdre le fil.

    Reply
Dorian

Bravo pour cet accomplissement et ce partage d’information sur comment surmonter une tâche qui paraît insurmontable. Ca fait toujours du bien et donne du courage de voir de grandes choses accomplies :)

Dorian

Reply
J-baptiste

Personnellement quand j’ai un gros projet en cours je m’oblige à noter tous les jours ce que je fais. Cela a un double avantage. Le 1er permet de voir l’évolution des chausses faites et pas encore faites. Le second cela permet tous les soirs en notant de faire le point sur les priorités. D’ailleurs, j’ai appliqué cette méthode dans la recherche d’emploi. Entre un mémoire ou une recherche d’emploi c’est le même travail à fournir et surtout rester motiver. Inutile de passer des journées complétées. Une bonne organisation du travail permet de consacrer que quelques heures par jours. Idéalement le matin là où on est le plus alerte..

Reply
    Christine@relaxation

    Bonjour J-B,

    moi aussi c’est le matin que je me sens le plus efficace, mais pour certains ce sera dans l’après-midi. A chacun de se connaître.

    J’ai entendu parlé également de la méthode « noter ce que l’on a fait plutôt que ce qui est à faire ». Une façon de renforcer le positif et de mettre l’accent sur les accomplissements.
    Il doit y avoir moyen de coupler les 2 méthodes.

    Bon courage pour votre « gros » projet.

    Reply
J-baptiste

À une époque je passais mon temps à noter ce que je devais faire (une sorte de cahier des charges). Je passais plus de temps à noter et cela devenait tellement plaisant que je ne faisais que cela..

En revanche, il est aussi possible de noter ce qui reste à faire et de barrer les éléments une fois la tache, faites.

Ps : Christine merci d’avoir prie le temps d’avoir le temps de trouver mon prénom :-)

Reply
Lisa

sympa la technique!! j’espère qu’elle va m’aider
Merci pour le partage! Nous avons vraiment besoin de ce genre d’articles

Reply
JAM@portage salarial

Excellents conseils ! Un point que l’on pourrait ajouter : ne pas rester seul. S’entourer de professionnels compétents de son secteur, pour favoriser l’émulation et échanger à propos de ses projets et idées avec des personnes de confiance. Il ne faut pas hésiter à rejoindre des groupes de travail dédiés, il existe des sociétés spécialisées qui peuvent offrir soutien et formation pour améliorer sa motivation globale.

Reply
Mima

À propos de l’idée de 25 minutes, j’ai un petit souci. Personnellement, j’ai une habitude de me concentrer sur un tel chapitre (lecture et compréhension) et en terminant ce dernier, je fais une pause de 5-10 minutes puis je passe au chapitre suivant. La durée réservée pour chaque chapitre dépend de la longueur du chapitre ainsi que du degré de difficulté. Je veux savoir si cette méthode est fiable. Sinon, est ce que je dois me concentrer 25 minutes et en terminant cette durée même que le chapitre n’est pas terminé, je dois céder le reste aux 25 minutes suivantes.

Reply
Leave a Reply:
ut ipsum consectetur tristique risus eleifend Nullam