La méditation au service du développement personnel

Le domaine du développement personnel est d’une grande diversité. Cela permet à chacun d’apporter aux autres ce qui lui a été bénéfique et permis d’aller au delà de ses limites. La variété d’approches permet à tout le monde de choisir ce qui lui correspond le mieux. J’aimerais dans cet article contribuer à cette diversité en partageant avec vous ce qui a très bien fonctionné pour moi et qui m’a transformé : la méditation.

Cet article est un article invité rédigé par Jonathan Rigottier du blog méditer-pour-être-heureux.com, dans le cadre de l’évènement Blogsurfing 2012.

La méditation au service du développement personnel.

La méditation au service du développement personnel.

Méditer est assez simple, vous n’avez qu’à suivre les instructions d’un enregistrement en étant assis où allongé. Cela n’est même pas obligatoire, vous pouvez simplement vous contenter de rester assis en ne faisant rien. C’est ce « rien » qui perturbe les gens. A quoi cela peut-il bien servir d’attendre en restant assis en ne faisant rien ?

Je me suis d’ailleurs posé la question avant de démarrer la pratique. Ce n’est qu’après avoir compris un peu mieux le fonctionnement de notre esprit et la raison pour laquelle « méditer » que j’ai démarré.

J’ai été bien aidé par la sérénité et la paix de grands méditant comme Matthieu Ricard. Cela inspire le respect et l’envie de pouvoir vivre la même chose. Maintenant je vais essayer de vous éclairer au mieux à la grande question :

Pourquoi méditer ?

Nous fonctionnons au quotidien en répétant encore et encore les mêmes schémas cognitifs. Par exemple, on se sent bien devant la télé, donc on va s’habituer à cela et répéter l’expérience encore et encore. Pour une personne ayant grandi dans un village reculé de la civilisation. Ce qui va procurer l’état de bien être sera différent comme par exemple sortir cultiver son champ. Cela paraît très loin de nous car notre mode de fonctionnement est ancré très profondément en nous.

Ces boucles internes se mettent en place tout au long de notre vie. Par exemple, un enfant se fait mordre par un chien. Son cerveau va associer l’animal avec de la douleur donc immédiatement à la vue d’un chien, il va avoir peur et les images du moment où il s’est fait mordre vont resurgir dans son esprit. Pour un autre enfant qui aura grandi avec un chien très amical, il va associer l’animal avec le plaisir d’être ensemble, de passer de bons moments. A chaque fois qu’il va voir un chien il va se sentir bien et vouloir passer du temps avec l’animal.

Dans un autre registre, un enseignant vous a traité injustement à l’école, vous n’allez pas en garder un bon souvenir et l’école ne va pas vous inspirer. A l’inverse, vous avez eu un enseignant génial et dévoué, vous aimez apprendre. Je pense que vous avez compris le truc !

Notre environnement est très complexe donc notre cerveau, pour nous faciliter la tâche, va créer toutes ces boucles. Une circonstance arrive, et hop le cerveau analyse par rapport à ce qui est déjà gravé en lui et envoie la réponse. Pour un fumeur qui passe devant un tabac, le plaisir de la cigarette remonte directement à la surface et il va avoir envie de fumer. Pour une autre personne devant un tabac, c’est l’envie d’acheter un journal qui sa surgir si c’est ce qu’il a fait dans le passé.

Toute notre vie repose sur de nombreuses boucles de ce type (on pourrait appeler également cela des conditionnements) qui se réveille selon les circonstances. Une dernière illustration : pour reprendre l’exemple de l’enfant s’est fait mordre par le chien. Il vit sa vie tranquillement puis en croisant un chien, ce qui avait été enregistré lors de sa première expérience remonte à la surface et la voilà mal à l’aise.

Méditer est comme mettre un pas en dehors du cercle du schéma cognitif présent en nous. C’est un entraînement de l’esprit pour observer toutes ses tendances pour en prendre conscience et s’en libérer peu à peu.

En étant assis en méditation, on voit ses schémas de fonctionnement s’élever en nous et l’exercice consiste à ne pas les suivre pour revenir à l’exercice. Par exemple en méditant, on verra l’envie de voir la TV si c’est une habitude en nous. Le jeu consistera à simplement observer et prendre note de ce qui s’élève puis de retourner à l’objet de sa méditation.

C’est plutôt facile pour de simple pensée mais cela devient difficile dès qu’une émotion est attachée à la pensée. Celle-ci a de grandes chances de nous emporter avec elle. Plus elle sera forte et plus il sera difficile de simplement observer. C’est là ou l’entrainement est important pour progresser petit à petit.

Le fait d’observer les choses sans se laisser entrainer quand on le fait habituellement va éroder petit à petit le pouvoir de nos conditionnements sur notre vie. Méditer est en un exercice pour reprendre plus de liberté sur soi et ne plus être entraîner aveuglément dans toutes ces boucles inconscientes.

Comme pour un pianiste ou un sportif qui s’entraine régulièrement et devient de plus en plus habile dans son domaine. Il en est de même avec la méditation et la maîtrise de son mental. Au début, il y a assez peu de résultat (certains résultats tout ce même !) puis en continuant, les choses s’affinent de plus en plus. Comme dans tous les domaines, seul la régularité et la persévérance permet d’atteindre de bons niveaux d’expertise.

En ayant atteint un certain niveau de calme et de vigilance, vous verrez plus aisément l’impact de vos décisions sur votre vie et sur celle des autres. En y voyant plus clair, il est alors aisé de prendre les décisions les plus appropriées. Finis alors les longs dialogues internes entre ce qu’il faudrait faire ou ne pas faire.

Pour vous donner une idée plus précise, quand vous êtes au calme et que cela vous permet de prendre du recul et d’arriver à la fameuse prise de conscience et le « ahahahah mais bien sûr, c’est évident ». Vous êtes dans cet instant comme M. Jourdain qui fait de la prose sans le savoir. Voila ce que méditer apporte : du recul et de la clairvoyance au lieu d’être la marionnette qui agit selon ses conditionnements passés.

Maintenant comment méditer ?

Vous pouvez suivre un cours que ce soit à travers un livre ou des enregistrements, aller dans un monastère bouddhiste, pratiquer le zazen ou tout simplement vous asseoir pour observer votre mental. A titre personnel, j’ai suivi la méthode de Bruno Lallement donc je ne peux que naturellement vous la recommander. Maintenant, ce qui a fonctionné pour moi sera peut-être différent pour vous. Il faut tester et voir ce qui est le plus approprié pour vous, ce qui vous parle le plus.

Dans le cas où vous décidiez de pratiquer seul pour essayer. Avant de méditer, définissez un support fixe pour garder votre attention dessus. Ce peut être le souffle ou un objet quelconque. Vous allez voir rapidement comment notre esprit se distrait facilement. En ne méditant pas, c’est la même chose à la différence qu’on ne s’en rend pas compte donc comment se libérer de quelque chose dont on n’a pas conscience ?

Le fait de faire l’exercice seul peut être un peu difficile au début. Je vous recommande dans la mesure du possible de pratiquer avec d’autres personnes mais encore une fois, rien n’est obligatoire. L’important est d’essayer pour tester ce qui vous convient le mieux. Comme dans n’importe quel domaine, c’est seulement en expérimentant que l’on peut apprendre et affiner ce qui marche et ce qui ne marche pas. Il n’y a pas d’autres solutions.

J’espère que cet article vous sera utile et permettra à certaines personnes de passer le cap
et d’essayer la méditation pour voir par elles-mêmes comment cela fonctionne.

Et vous, avez-vous déjà médité ? Comment cela s’est-il déroulé pour vous ?

À propos de l’auteur : Jonathan Rigottier du blog méditer-pour-être-heureux.com.

Pour me présenter rapidement, je n’étais pas très heureux dans ma vie jusqu’ à fin 2010. Je doutais beaucoup du sens de la vie, je voyais bien que quelque chose n’allait pas sans trouver la solution, sans comprendre se qui se passait. C’est la méditation qui m’aura tout appris pour y voir beaucoup plus clair sur moi-même et sur ma façon de fonctionner. Je médite 30 à 40 minutes par jour depuis cette période en suivant la méthode de Bruno Lallement, j’ai également pratiqué le zazen au dojo de Marseille en ayant arrêté comme je suis retourné au Japon d’où j’écris cet article. Chaque jour est une nouvelle aventure pour apprendre un peu plus sur soi en voyant mes propres peurs, mes propres limites afin de m’en libérer progressivement. C’est un long chemin qui en vaut vraiment la peine. C’est pour partager cela avec un maximum de personnes qui pourraient se trouver dans la même situation que moi avant de débuter la méditation que j’ai crée mon blog.

Click Here to Leave a Comment Below