Pas facile ? Tant mieux !

Je dois vous faire un aveu, cher lecteur.

Il y a des fois où vous m’énervez …

Pas tout le temps. Ni même très souvent. Mais très régulièrement.

En fait, à chacun de mes articles, vous m’énervez.

Car à chacun de mes articles, il y a forcément un commentaire avec ces quelques petits mots qui m’énervent et m’agacent tellement.

Oh ! Ce n’est pas toujours vous, qui me lisez à l’instant, qui déposez ces quelques mots. Cela peut être un de vos collègues lecteur. Mais il n’y en a forcément un qui se dévouera pour écrire ces quelques mots …

Cet article est ma contribution au festival « À la croisée des blogs» proposé par le site de la communauté de développement personnel. Ce mois-ci, l’organisateur est Matt, du blog Acide Ici. Il nous propose le thème « Doit-on progresser pour être heureux ? ». J’essaie d’y apporter ma modeste contribution …

Pas facile ? Tant mieux !

Pas facile ? Tant mieux !

À croire que vous en discutez entre vous pour savoir qui s’y collera :-)

Ces mots, ce sont « ce n’est pas facile … »

Après les 3 petits points, rajoutez ce qu’il vous plaira. Que cela reste en relation avec les thèmes de ce blog. Mais vous pouvez vous faire plaisir : rester motivé, agir tous les jours, économiser, épargner, rationaliser ses dépenses, fixer un objectif, être ambitieux, être efficace, se débarrasser du superflu, être heureux, avoir la vie de vos rêves, … Et la liste est encore longue.

Ben ouais. C’est pas facile. Et alors ?

Qui a dit que ce qui est important et essentiel est facile d’accès ?

C’est justement le fait que ce ne soit pas facile qui donne de la saveur à toutes ces choses.

Si c’était facile, pourquoi moi et d’autres écririons sur ces sujets ? Si c’était facile, pourquoi vous intéresseriez-vous à ces sujets ?

Si c’était facile, vous seriez, feriez ou auriez déjà tout cela.

Si c’était facile, cela n’aurait plus ni d’intérêt ni d’attrait.

C’est la difficulté à acquérir et à conserver toutes ces choses qui leur donnent leur valeur.

Et c’est parce qu’elles sont difficiles à acquérir et à conserver que vous aurez d’autant plus de mérite à vous lancer dans ces quêtes et à persévérer.

Et c’est parce qu’elles sont difficiles à acquérir et à conserver, et parce que vous avez en conscience, que vous leur donnez tant de valeur.

C’est un peu comme celui qui a hérité d’une grosse fortune. Fortune bâtie par ses parents et ses aïeux.

Son seul mérite est d’avoir eu la chance d’être leur héritier. Avec cette fortune, il peut tout s’offrir. Il n’a qu’à lâcher quelques billets insignifiants pour lui.

Non seulement, il ne connaîtra pas la réelle valeur de ce que son argent peut lui offrir. Mais, surtout, il ne connaîtra pas la valeur de cet argent lui-même. Il ne connaîtra pas le travail, les heures et les sacrifices consentis pour accumuler cette fortune. Il ne connaîtra pas la difficulté qui se cache derrière cette abondance.

Qu’est-ce qu’il y a le plus de valeur, le plus d’importance ?

Le fait d’avoir cette fortune ? Ou le fait de faire ce qui doit être fait et d’être impliqué pour se mettre en position d’accumuler cette fortune ?

Donc, oui, parfois, sur ce blog, je parle de trucs qui ne sont pas faciles.

Tout d’abord, je le sais. Donc ne me le dites pas :-) …

Ensuite, quelques considérations :

  • Ne confondez pas« facile » et « simple ». Le contraire de « difficile », c’est « facile », pas « simple ». Le contraire de « simple », c’est « complexe ».
    • Parler est simple.
    • Parler seul devant son miroir est facile.
    • Parler en public est difficile.
    • Parler à cette personne inconnue qui vous trouble le cœur est difficile.
    • Parler pour dire une vérité désagréable à un être cher est difficile.

    Pourtant, ces 3 dernières actions peuvent, respectivement, être acquise, changer votre vie et changer sa vie. Pour le meilleur, bien sur.

  • Que ce soit difficile n’est pas une excuse pour ne pas faire. C’est même quelque chose qui ne devrait pas être considéré comme un problème, un obstacle. Voyez cela comme la preuve de l’intérêt de s’y intéresser, comme l’opportunité de progresser plus que de réussir, comme le révélateur d’un gros bénéfice. Je vous renvoie aux 3 exemples juste au-dessus.
  • La difficulté peut être vue comme cause potentielle d’échec. Mais cela est faux : en fait, vous n’échouez jamais. Vous apprendrez forcément : un savoir théorique, un savoir-faire pratique, une expérience humaine, … Et vous apprendrez sur vous-même.

Enfin, mes quelques modestes suggestions de conseils :

  • Privilégiez la simplicité : si c’est simple, c’est que cela se conçoit et s’explique facilement. Vous éliminez alors bien des détails qui sont autant de sources d’erreur et d’obstacles. Concernant la difficulté d’action, voyez en dessous …
  • Privilégiez la difficulté : c’est le meilleur moyen de sortir de sa « zone de confort » et de progresser. Je sais, ce n’est pas facile.
  • Plus que la difficulté, considérez les gains, les bénéfices, la valeur ajoutée, le ressenti, le but final, vos valeurs et principes.
  • Peu importe la difficulté. Faîtes ce que doit être fait pour atteindre le but fixé. Pleinement, consciemment, indéfectiblement.

La difficulté est source de progrès et d’épanouissement. Elle permet, en définitive, de se sentir vivant. N’est-ce pas là la meilleure façon d’être heureux ? Ce n’est pas la seule voie, et elle ne doit pas exclure les autres voies. Mais c’est assurément la voie la plus épanouissante et vibrante qui soit.

Je rajouterais aussi ces quelques réflexions :

  • Je sais que mon exemple avec la grosse fortune est simpliste et caricatural. Mais c’est ce qui le rend parlant. En fait, cela marche aussi pour mes 3 exemples sur l’action de parler …
  • Je n’ai jamais voulu dire qu’avoir de l’argent, ou même en avoir beaucoup, est mauvais, malsain, ne rend pas service ou ne facilite pas la vie.
  • Je ne veux pas dire qu’il faut, en toutes circonstances, privilégier l’option difficile. Faire ses courses au supermarché est quand même préférable à aller chasser soi-même un bon gros bœuf. Et je ne parle même pas de la suite des opérations …

Voila. J’ai jeté en 1 heure, dans cet article, tout ce que m’inspirait les « c’est pas facile » que j’ai pu lire dans les différents commentaires de ce blog.

Cet article est peut être moins structuré, argumenté ou élégant. Faire tout cela en 1 heure, ce n’est pas facile.

Mais il fallait absolument que je l’écrive. Même de façon imparfaite. Et puis j’aurais toujours l’occasion d’un nouvel article pour affiner ma pensée et ciseler mon propos.

En fait, à la réflexion, je me plains des commentaires disant que ce n’est pas facile. Mais j’ai tort. Je devrais plutôt m’en féliciter et prendre cela comme un compliment. Car cela veut dire que ces articles ont touché un point sensible. Et que vous l’avez ressenti comme tel.

Vous faire réagir à travers de mes articles est un objectif, vos « c’est pas facile » sont donc signe de réussite.

Faire cela régulièrement, ce n’est pas facile.

Mais c’est grâce à ça que tenir ce blog est tellement prenant.

email
photo by: sittered

Les recherches courantes

  • comment se liberer du superflu pour mieux vivre (2)
  • tant mieux (1)

Tags:

18 Responses to “Pas facile ? Tant mieux !”

  1. Julien 14 juin 2012 12 h 10 min #

    Un article qui fait plaisir à lire !

    Évidemment que la difficulté à du bon. Si c’est difficile et qu’on aime ce que l’on fait, alors c’est qu’on sort de notre zone de confort. Cette zone où on se sent vivre. ;)

    Mais je crois qu’il ne faut pas mélanger difficulté et souffrance, ce n’est pas la même chose.

    Comme tu le dis Grégory, Il n’y a pas de progression dans la facilité …
    Julien a récemment posté 10 astuces pour être plus créatif et avoir une meilleure productivitéMy Profile

  2. Norbert 14 juin 2012 16 h 36 min #

    Un seul mot : MERCI.
    J’ai pris ton article comme un coup de pieds au C…
    J’avais un choix à faire…et c’est pas facile :-) mais ton article m’a conforté dans mes décisions, on y sent le poids des décisions et ton implication, il est vrai !

  3. Marie from cesu.fr 14 juin 2012 17 h 06 min #

    Bonjour Grégory,

    Ce n’est pas facile d’avoir des personnes qui vous disent que ce n’est pas -Hum Hum, je ne pouvais pas m’en empêcher, suis-je sadique ? Certainement :p

    Plus sérieusement, dans cette société nous serrons toujours confrontés à des individus qui se plaindront de la difficulté d’un obstacle, sans vraiment la mesurer, et donc sans réfléchir.

    Triste, quoi qu’il en soit, ce mini-coup de gueule me fait plaisir à Lire :p

    Merci pour cet article !

    Marie

  4. Très bon article !!

    Une personne qui a eu de la réussite (je ne sais plus de qui est la citation…) a répondu ceci à la question : Quel conseil pouvez-vous donner pouvez-vous donner pour avoir de la réussite ?

    « C’est simple, il suffit de multiplier par deux votre taux d’échec… »

  5. helene 15 juin 2012 5 h 54 min #

    Bonjour,

    Je suis enseignante (et exigeante…).
    Et c est vrai quand un etudiant me dit que ce n est pas facile, je l entends comme ceci : je n y arrive pas encore, mais qu est-ce que j en aurais envie…
    Du coup, je le vis plutot comme un encouragement : comment vais-je pouvoir m adapter pour trouver la methode pedagogique (l exemple, la metaphore, lexplication…) qui va le mieux accompagner cet etudiant dans son desir de progression?
    merci pour cet article,
    Helene
    helene a récemment posté Vous voulez progresser ? Et si ce n’était pas si simple…My Profile

  6. Mathilde 15 juin 2012 9 h 43 min #

    Encore une fois c’est un très bon article que tu nous présentes.
    « Ce n’est pas facile » est une expression qui ressort malheureusement trop souvent. C’est devenu une habitude pour s’excuser de ne pas aller plus loin dans son projet. Et pourtant, si la motivation était là, on verrait toute la satisfaction que l’action nous procure lorsque l’on arrive à faire ce que l’on qualifiait de « pas facile ».

    Merci pour tes pensées ;)

  7. Henri 15 juin 2012 10 h 41 min #

    On aimerait toujours que notre vie soit plus facile mais il est vrai qu’elle n’aurait pas la même saveur. On est toujours plus heureux d’avoir réussi une tâche difficile ;-)

  8. Marco from le grain de web 15 juin 2012 12 h 10 min #

    Du coup, ne peut-on pas être heureux en restant justement dans sa zone de confort, si cela nous satisfait déjà ?
    Marco@le grain de web a récemment posté Google SSL et utilisation de gmailMy Profile

  9. sebastien from angoisse, anxiété, dépression 15 juin 2012 15 h 28 min #

    Salut Gregory,
    Pas facile le sujet ton article ;)
    Je suis d’ailleurs en train de lire un livre génial qui s’appelle « le bonheur en fait c’est sortir de la peur » de Zalan. En gros on trouve le bonheur en se confrontant à toutes ses peurs :) …En sortant encore, encore et encore de sa zone de confort. Et je suis tout à fait d’accord avec ce point de vue : plus on se confronte à ses peurs, plus on évolue, et plus le bonheur peut nous trouver
    sebastien@angoisse, anxiété, dépression a récemment posté Moins d'angoisse grâce à la communication non violenteMy Profile

  10. jacques from navette aéroport 16 juin 2012 14 h 53 min #

    Bonjour.
    Bon certes c’est vrai qu’il y a des choses qui sont insurmontable. Et je suis d’accord avec les précédents commentaires, la difficulté est encore plus bonne quand on arrive à la surmonter. En effet on savoure mieux quand on en a bavé.

  11. Jerome from changer de vie par l'action 18 juin 2012 17 h 44 min #

    Bonjour Grégory

    J’ai bien aimé cet article, surtout la partie qui différencie la difficulté de la complexité.

    Et comme je le dis de temps en temps : la solution à un problème simple est souvent simple ; la solution à un problème complexe n’est pas nécessairement complexe.

  12. Didier Thiellet 18 juin 2012 22 h 21 min #

    Salut Grégory, Alors franchement, ce n’est pas facile d’écrire après toi – tu as déjà tout dit. Et ce n’est pas facile de l’écrire. Quoique c’est une façon facile de te dire que ton article m’a plu (et que j’en suis encore tout mouillé – pas si facile, mais comme cela vient de Bashung : FACILE) – mais pas facile de l’avouer. C’est tout un monde, c’est amour de la non difficulté et c’est de la nature même d’ajouter sa contrainte. Maintenant avant de pouvoir expliquer le simple facilement, euh ! Il faut un petit temps, non ? Simple n’est pas facile, cela demande un cheminement, une expérience et une compréhension plus ou moins profonde. Et ça, oh oui, c’est le pied.
    A plus Grégory

  13. Grégory 22 juin 2012 15 h 38 min #

    @Julien: Si la souffrance reste passagère, ce n’est pas un problème …

    A l’inverse, ne pas faire, car jugé trop difficile, peut engendrer des regrets qui peuvent durer longtemps. Et ça, ça peut être une vraie souffrance :-)

    Je reprend une citation de Lance Armstrong : « Réussir est peut-être difficile, mais abandonner l’est encore plus ».

    @Norbert: C’est moi qui te remercie de me faire un tel retour !

    Ce sont des messages comme le tien qui me donnent encore plus d’envie et de motivation. Et ça, ça n’a pas de prix !

    Merci.

    @Marie: Hello !

    C’est toi qui me fais plaisir si cet article t’a fait plaisir :-)

    Ne pas se laisser envahir par le pessimisme ambiant … Pas facile :-)

    @Guillaume: Ah ! Je connais cette citation … Mais je ne me rappelle pas non plus son auteur :-) Tellement vraie.
    Grégory a récemment posté « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent », de Stephen CoveyMy Profile

  14. Grégory 22 juin 2012 15 h 44 min #

    @helene: Hello !

    C’est surtout pour toi, en fait, que ce ne doit pas être facile :-)

    Je trouve ta façon d’appréhender les blocages de tes élèves très positive et inspirante. Ne pas voir cela comme un problème mais comme une opportunité d’évolution, de changement, de découverte.

    Il est vrai aussi que, vu comme ça, l’expression « c’est pas facile » est plutôt positive et porteuse d’espoir.

    Merci pour cet éclairage :-)

    @Mathilde: Le vocabulaire utilisé peut sembler secondaire. Et parfois, il l’est …

    Mais assez souvent, il est révélateur d’un état d’esprit.

    @Henri: Exactement :-) Et on a pas toujours ce qu’on aimerait :-(

    @Marco: Effectivement, c’est à chacun de voir ce qui lui convient le mieux.

    Mais c’est aussi prendre le risque de lourds regrets.
    Grégory a récemment posté Rafael NADAL : respect et inspirationMy Profile

  15. Grégory 22 juin 2012 15 h 51 min #

    @sebastien: Hello !

    Et ça, c’est facile comme remarque :-)

    Ouh, la belle suggestion de lecture ! Merci !

    @jacques: Hello !

    C’est comme quand je viens de courir 6 km, le maximum que j’arrive à faire aujourd’hui. J’en ai c**é mais qu’est-ce que je suis content après !

    @Jerome: Hello !

    Bien vu le coup des problèmes et des solutions … Je pense aussi qu’il faut privilégier les solutions simples. Ou du moins les plus simples :-)

    @Didier: Hello !

    La simplicité n’est pas forcément facile. Et cela aussi lui donne du charme :-)

    PS: pas facile de te suivre :-)
    Grégory a récemment posté 5 leçons essentielles pour bâtir votre vie avec assuranceMy Profile

  16. Jean 23 juin 2012 18 h 21 min #

    Bonjour Grégory,
    Je ne dirai jamais l’expression taboue, déjà pour ne pas passer pour un nul, parce que les choses difficiles pour les uns sont faciles pour d’autres.
    C’est vrai que c’est excitant d’essayer de faire des trucs qui paraissent a priori insurmontables. Et quand on y parvient, on lance un jouissif « trop facile ! »
    Et comme dit notre pote Sénèque, « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas que les choses sont difficiles. »

  17. Jean-Marc Coach Professionnel 24 juin 2012 13 h 40 min #

    Bonjour Jérôme,

    Dans mon rôle de pédagogue ou de formateur j’aime confronter l’idée d’un apprenant qui déclare « ça n’est pas facile… »

    Dans un contexte d’apprentissage c’est une déclaration qui montre que l’apprenant est passé du stade « je suis inconsciemment incompétent » au stade suivant: « je suis consciemment incompétent ».

    Ce deuxième stade de l’apprentissage est celui au cours duquel l’apprenant fait le choix de rester incompétent ou, par ses actions, de devenir « consciemment compétent ». C’est donc le stade du choix, celui de la prise de conscience et pas nécessairement une excuse pour ne pas aller de l’avant.

    Quoiqu’il en soit, ton article est très pertinent et j’ai pris beaucoup de plaisir à te lire. Merci pour ce partage.

    Jean-Marc
    Jean-Marc Coach Professionnel a récemment posté Aimez votre vie: devenez opti-pessimisteMy Profile

  18. Grégory 8 juillet 2012 18 h 22 min #

    @Jean: Hello !

    Comment n’ai-je pas pu penser à cette citation, que j’adore, de Sénèque, que j’adore aussi ?!?!…

    Merci, Jean, pour cet excellent complêment !

    @Jean-Marc: Hello !

    Alors, une petite précision : moi, c’est Grégory. Pas Jéröme.

    Maintenant, tu parles peut-être à Jérôme qui as commenté un peu plus haut …

    Je connaissais cette progression du « inconsciemment incompétent » au « consciemment compétent ».

    Tu as raison : cela prouve une prise de conscience. Et tout commence par cette prise de conscience. C’est donc important. Et la suite de ton développement est fort juste.

    Mais, trop souvent, il me semble que le « c’est pas facile » est surtout annonciateur d’un abandon prochain.

    Maintenant, il est surement plus facilement de passer ce gap avec un bon coach :-)

    Merci pour ton commentaire fort judicieux.
    Grégory a récemment posté « Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent », de Stephen CoveyMy Profile

Leave a Reply

CommentLuv badge

Tout commentaire ne respectant pas ces 2 règles se sera supprimé :
Le champ Nom doit contenir un nom, un prénom ou un pseudo.
Ce site utilise KeywordLuv pour vos mots-clés : entrez VotreNom@VotreMotCle dans le champ Nom pour en profiter.
Merci d'apporter une réelle plus value à la discussion.
Mer remercier, c'est très gentil, mais ça n'apporte rien !

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.