Pas facile ? Tant mieux !

Je dois vous faire un aveu, cher lecteur.

Il y a des fois où vous m’énervez …

Pas tout le temps. Ni même très souvent. Mais très régulièrement.

En fait, à chacun de mes articles, vous m’énervez.

Car à chacun de mes articles, il y a forcément un commentaire avec ces quelques petits mots qui m’énervent et m’agacent tellement.

Oh ! Ce n’est pas toujours vous, qui me lisez à l’instant, qui déposez ces quelques mots. Cela peut être un de vos collègues lecteur. Mais il n’y en a forcément un qui se dévouera pour écrire ces quelques mots …

Cet article est ma contribution au festival « À la croisée des blogs» proposé par le site de la communauté de développement personnel. Ce mois-ci, l’organisateur est Matt, du blog Acide Ici. Il nous propose le thème « Doit-on progresser pour être heureux ? ». J’essaie d’y apporter ma modeste contribution …

Pas facile ? Tant mieux !

Pas facile ? Tant mieux !

À croire que vous en discutez entre vous pour savoir qui s’y collera :-)

Ces mots, ce sont « ce n’est pas facile … »

Après les 3 petits points, rajoutez ce qu’il vous plaira. Que cela reste en relation avec les thèmes de ce blog. Mais vous pouvez vous faire plaisir : rester motivé, agir tous les jours, économiser, épargner, rationaliser ses dépenses, fixer un objectif, être ambitieux, être efficace, se débarrasser du superflu, être heureux, avoir la vie de vos rêves, … Et la liste est encore longue.

Ben ouais. C’est pas facile. Et alors ?

Qui a dit que ce qui est important et essentiel est facile d’accès ?

C’est justement le fait que ce ne soit pas facile qui donne de la saveur à toutes ces choses.

Si c’était facile, pourquoi moi et d’autres écririons sur ces sujets ? Si c’était facile, pourquoi vous intéresseriez-vous à ces sujets ?

Si c’était facile, vous seriez, feriez ou auriez déjà tout cela.

Si c’était facile, cela n’aurait plus ni d’intérêt ni d’attrait.

C’est la difficulté à acquérir et à conserver toutes ces choses qui leur donnent leur valeur.

Et c’est parce qu’elles sont difficiles à acquérir et à conserver que vous aurez d’autant plus de mérite à vous lancer dans ces quêtes et à persévérer.

Et c’est parce qu’elles sont difficiles à acquérir et à conserver, et parce que vous avez en conscience, que vous leur donnez tant de valeur.

C’est un peu comme celui qui a hérité d’une grosse fortune. Fortune bâtie par ses parents et ses aïeux.

Son seul mérite est d’avoir eu la chance d’être leur héritier. Avec cette fortune, il peut tout s’offrir. Il n’a qu’à lâcher quelques billets insignifiants pour lui.

Non seulement, il ne connaîtra pas la réelle valeur de ce que son argent peut lui offrir. Mais, surtout, il ne connaîtra pas la valeur de cet argent lui-même. Il ne connaîtra pas le travail, les heures et les sacrifices consentis pour accumuler cette fortune. Il ne connaîtra pas la difficulté qui se cache derrière cette abondance.

Qu’est-ce qu’il y a le plus de valeur, le plus d’importance ?

Le fait d’avoir cette fortune ? Ou le fait de faire ce qui doit être fait et d’être impliqué pour se mettre en position d’accumuler cette fortune ?

Donc, oui, parfois, sur ce blog, je parle de trucs qui ne sont pas faciles.

Tout d’abord, je le sais. Donc ne me le dites pas :-) …

Ensuite, quelques considérations :

  • Ne confondez pas« facile » et « simple ». Le contraire de « difficile », c’est « facile », pas « simple ». Le contraire de « simple », c’est « complexe ».
    • Parler est simple.
    • Parler seul devant son miroir est facile.
    • Parler en public est difficile.
    • Parler à cette personne inconnue qui vous trouble le cœur est difficile.
    • Parler pour dire une vérité désagréable à un être cher est difficile.

    Pourtant, ces 3 dernières actions peuvent, respectivement, être acquise, changer votre vie et changer sa vie. Pour le meilleur, bien sur.

  • Que ce soit difficile n’est pas une excuse pour ne pas faire. C’est même quelque chose qui ne devrait pas être considéré comme un problème, un obstacle. Voyez cela comme la preuve de l’intérêt de s’y intéresser, comme l’opportunité de progresser plus que de réussir, comme le révélateur d’un gros bénéfice. Je vous renvoie aux 3 exemples juste au-dessus.
  • La difficulté peut être vue comme cause potentielle d’échec. Mais cela est faux : en fait, vous n’échouez jamais. Vous apprendrez forcément : un savoir théorique, un savoir-faire pratique, une expérience humaine, … Et vous apprendrez sur vous-même.

Enfin, mes quelques modestes suggestions de conseils :

  • Privilégiez la simplicité : si c’est simple, c’est que cela se conçoit et s’explique facilement. Vous éliminez alors bien des détails qui sont autant de sources d’erreur et d’obstacles. Concernant la difficulté d’action, voyez en dessous …
  • Privilégiez la difficulté : c’est le meilleur moyen de sortir de sa « zone de confort » et de progresser. Je sais, ce n’est pas facile.
  • Plus que la difficulté, considérez les gains, les bénéfices, la valeur ajoutée, le ressenti, le but final, vos valeurs et principes.
  • Peu importe la difficulté. Faîtes ce que doit être fait pour atteindre le but fixé. Pleinement, consciemment, indéfectiblement.

La difficulté est source de progrès et d’épanouissement. Elle permet, en définitive, de se sentir vivant. N’est-ce pas là la meilleure façon d’être heureux ? Ce n’est pas la seule voie, et elle ne doit pas exclure les autres voies. Mais c’est assurément la voie la plus épanouissante et vibrante qui soit.

Je rajouterais aussi ces quelques réflexions :

  • Je sais que mon exemple avec la grosse fortune est simpliste et caricatural. Mais c’est ce qui le rend parlant. En fait, cela marche aussi pour mes 3 exemples sur l’action de parler …
  • Je n’ai jamais voulu dire qu’avoir de l’argent, ou même en avoir beaucoup, est mauvais, malsain, ne rend pas service ou ne facilite pas la vie.
  • Je ne veux pas dire qu’il faut, en toutes circonstances, privilégier l’option difficile. Faire ses courses au supermarché est quand même préférable à aller chasser soi-même un bon gros bœuf. Et je ne parle même pas de la suite des opérations …

Voila. J’ai jeté en 1 heure, dans cet article, tout ce que m’inspirait les « c’est pas facile » que j’ai pu lire dans les différents commentaires de ce blog.

Cet article est peut être moins structuré, argumenté ou élégant. Faire tout cela en 1 heure, ce n’est pas facile.

Mais il fallait absolument que je l’écrive. Même de façon imparfaite. Et puis j’aurais toujours l’occasion d’un nouvel article pour affiner ma pensée et ciseler mon propos.

En fait, à la réflexion, je me plains des commentaires disant que ce n’est pas facile. Mais j’ai tort. Je devrais plutôt m’en féliciter et prendre cela comme un compliment. Car cela veut dire que ces articles ont touché un point sensible. Et que vous l’avez ressenti comme tel.

Vous faire réagir à travers de mes articles est un objectif, vos « c’est pas facile » sont donc signe de réussite.

Faire cela régulièrement, ce n’est pas facile.

Mais c’est grâce à ça que tenir ce blog est tellement prenant.

Vous aimez ? Partagez !

Click Here to Leave a Comment Below