Je n’accepte plus les cadeaux

Il y a un peu moins de 3 mois, à l’occasion de mon dernier anniversaire, j’ai pris une décision qui n’a pas forcément fait l’unanimité auprès de mes proches. Et je pense qu’avec Noël, elle ne va pas m’attirer que leurs bons commentaires.

J’ai décidé de ne plus accepter de cadeaux. OK, j’exagère. Je ne peux obliger qui que ce soit à ne pas me faire de cadeau. J’accepte les cadeaux et je reste poli (à défaut d’être bien élevé) : je le prend, je dis « merci » et je fais la bise. Mais la règle est claire …

Je n'accepte plus les cadeaux.

Je n’accepte plus les cadeaux.

Si le cadeau ne me convient pas, il terminera sur Priceminister ou Le bon coin.

Mais pourquoi donc ?

Pourquoi ai-je pris cette décision ? Pour 3 raisons :

  • je ne veux plus être encombré ; je limite donc les arrivages d’objets en tous genres et j’encourage les départs ;
  • je préfère avoir des objets réellement utiles et pratiques, qui répondent à un vrai besoin, et de qualité : je filtre sévèrement ;
  • je ne veux pas jouer le jeu de la société de consommation : je donne l’exemple et j’engage mes proches à limiter leurs achats à tout moment.

En fait, c’est la lecture de « L’art de l’essentiel » qui m’a définitivement incité à procéder ainsi. C’est quelque chose que j’avais en tête depuis un petit moment, autant l’approche que la méthode. Mais cette lecture, que je vous conseille, a fait pencher la balance.

De plus, par rapport à toutes ces occasions diverses, telles que anniversaire et Noël, qui sont autant de prétextes à faire des cadeaux, je veux une vraie raison qui m’importe à moi, plutôt que les habituels « c’est une coutume » ou « on a toujours fait comme ça ». La tradition du cadeau de Noël, c’est mignon, mais est-on obligé de dépenser autant pour tant d’achats qui seront souvent oubliés 1 mois après ?

Cela ne plaît pas à tout le monde.

J’essaie donc de rester un minimum souple. Donc :

  • j’énonce donc la règle et l’applique ;
  • je maintiens et partage, sous Google Documents, une liste de cadeaux qui me plairaient ;
  • je précise aussi que j’accepte l’argent (je suis un garçon vénal :-)) !

Bien plus qu’un cadeau

Les cadeaux, les biens offerts sont une chose.

Mais j’accorde bien plus de valeur à un moment, une expérience, une activité passée et partagée avec des proches et des personnes aimées.

Certes, pour mon anniversaire, j’ai eu quelques cadeaux. Mais le plus beau des cadeaux a été la soirée et la (presque) surprise qui avaient été organisées. Cela fait 2 cadeaux pour le prix de 1 : un moment de convivialité, de bonne humeur, et des souvenirs.

J’accorde bien plus de valeurs à ces moments, qui sont une vraie richesse, qu’à un cadeau quelconque, même issue de ma liste de suggestions.

Une simple soirée resto-toile me comble :-).

Ma liste de cadeaux

Je le disais plus haut : j’ai créé une liste de suggestions de cadeaux.

En fait, j’ai 2 listes :

  • une liste de mes envies d’achat ;
  • une liste des suggestions de cadeaux à m’offrir.

La première liste est privée et contient mes envies. Tout achat passe donc par cette liste avant d’être effectué. Il y reste au minimum 10 jours, afin d’être sur que ça n’est pas une simple envie fugace et que cela correspond à un vrai besoin. Cette liste me permet de rationaliser mes achats et de faire quelques économies.

Si l’envie d’achat est validée, il y a 2 options :

  • j’effectue ou planifie l’achat ;
  • je migre cette envie dans la liste des idées cadeaux.

Ponctuellement, n’y tenant plus, je sors une idée cadeau de la liste et je me l’offre. Comme par exemple un bon livre ou, récemment, une liseuse couleur sous  Androïd. Après tout, on n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Léo pense comme moi :-)

Vous pensez que j’exagère ? Peut-être … Je vous encourage à me laisser votre avis dans les commentaires, qu’on puisse en discuter.

Cela étant, je ne suis sûrement pas le seul à penser ainsi. À commencer par Léo Babauta, du blog Zen Habits. Il a récemment écrit un article à ce sujet.

En fait, dans cet article, Léo va plus loin que moi : non seulement, il ne veut plus accepter de cadeaux, mais il se lance tout simplement dans une croisade anti nouveaux cadeaux ! Et il vous engage à en faire de même.

Il vous soumet un défi : le défi Pas de nouveaux cadeaux pour les fêtes de fin d’année. La règle est simple : n’achetez aucun nouveau cadeau durant les fêtes de fin d’année !

Il vous propose des alternatives à l’achat simple :

  • offrir des objets que vous aurez confectionné ;
  • cuisiner, préparer le repas de Noël, des gâteaux ou bien encore une bûche de Noël ;
  • rendre service : laver la voiture, faire un massage, garder des enfants, … ;
  • offrir des cadeaux d’occasion ;
  • faire un don, don que vous pouvez faire à plusieurs ;
  • être bénévole dans un organisme de bienfaisance ;
  • passer un moment agréable à plusieurs ;
  • créer au lieu de consommer ;
  • donner un objet dont vous n’avez plus besoin ;
  • être reconnaissant de ce que vous avez déjà.

Il explique aussi pourquoi il souhaite procéder ainsi :

  • la tradition de l’achat simple pour Noël est obsolète ;
  • quel message voulons-nous donner à nos enfant : il faut acheter pour faire plaisir ? Offrir se résume à acheter ?
  • les créations et les moments partagés ont plus de valeur ;
  • on veut nous abuser, à coup de publicités et de promotions, en présentant des achats inutiles en nécessités ;
  • que d’économies pouvant être utilisé à meilleur escient.

Enfin, il vous donne quelques pistes pour gérer la famille et les personnes qui ne comprennent pas :

  • ne forcez personne ;
  • ne critiquez pas ;
  • discutez, expliquez, montrez l’exemple ;
  • présentez les avantages : économies, moins d’impact écologiques, moins de stress, plus de temps, … ;
  • proposez de passer de bons moments ensemble plutôt que d’être entassé et stressé dans des magasins bondés ;
  • ne désespérez pas : ils pourraient changer leur comportements, voire se rallier à vous, un peu plus tard.

Un article que je vous suggère de lire et de méditer.

Conclusion

Pour diverses raisons, je souhaite limiter les cadeaux que je reçois. En poussant le bouchon un peu loin, je pourrais presque dire que la raison principale est mon bien-être. Mon entourage n’est que modérément emballé et compréhensif. Mais je ne perds pas espoir et je l’éduque doucement.

Que pensez-vous de cette approche ? Comment gérez-vous les cadeaux reçus ? Pensez-vous céder à la fièvre acheteuse qui va sévir ?

Creative Commons License photo credit: Garuna bor-bor

Click Here to Leave a Comment Below